Scandale/ Côte d'Ivoire - Kandia Camara refait parler d'elle: "les enseignants qui s’agitent contre les cours de mercredi le font pour leur propre intérêt"

Par Alerte Info - Scandale Côte d'Ivoire. Kandia Camara refait parler d'elle "les enseignants qui s’agitent contre les cours de mercredi le font pour leur propre intérêt".

Vendredi 15 septembre 2016. Abidjan. La ministre en charge de l`éducation nationale Kandia Camara (droite) était l`invitée de la tribune d`échanges Les Rendez Vous du Gouvernement.

Le ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique, Kandia Camara a déclaré jeudi que les enseignants qui "s’agitent" en réaction à la réforme instituant les cours de mercredi matin au primaire à compter de l’année scolaire 2016-2017, le font dans leur "propre intérêt", au cours d’une cérémonie.

"Nous le disons haut et fort, avant de mener une réforme, nous en parlons avec les enseignants à travers les syndicats" dont "40 au moins ont été informés" sur les "76 que compte le ministère de l’Education nationale", a déclaré Mme Camara, à l’enregistrement de l'émission télévisée, les rendez vous du gouvernement, s’étonnant donc que "certains (enseignants) s’agitent et disent ne pas vouloir de cette mesure".

Mardi, à l’occasion de la rentrée scolaire 2016-2017 en Côte d’Ivoire, la presse ivoirienne a rapporté que des enseignants se réclamant du Mouvement des instituteurs pour la défense de leur droit (MIDD) ont manifesté contre l’instauration des cours de mercredi matin, par des coups de sifflets et fait sortir des classes des élèves qui attendaient la visite de Kandia Camara, notamment à Cocody (Est d’Abidjan).

Pour la ministre, la raison de cette protestation que "nous avons constaté (…) n’a rien de pédagogique", estimant que ces personnes ont agi dans "leur propre intérêt" car, de tous les syndicats qui ont été informés depuis avril, "personne, n’a trouvé que cette mesure était mauvaise, bien au contraire", a-t-elle expliqué.

Avec la réforme des cours de mercredi, les jours de classe par semaine, en Côte d’Ivoire, pour les élèves du primaire passent de quatre à cinq. Pour les instituteurs, les heures de cours par an sont fixées à 165 contre 132 auparavant. Un ajout de 33 heures pour lesquelles "il n’y aura pas de compensation financière (…) parce que s’inscrivant dans les normes", selon la ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique.

ATI

Commentaires

Ce qui est dit est dit !

honnettement je suis peiné de la reaction de xertains syndicats d enseignants.En realité voici que par cette mesure les enseignants comprennent que les cours de mercredi qui leur generaient de l argent va prendre fin.Ensuite il faut ke en ci om merite le salaire pour lequel on travaille car voixi des personnes ki travaille 4 jours par semaines mais qui beneficie d un statut salarial consequent

Mme capturation parle aussi d'interet. Toi, Kandia CAMARA, Sahelienne peut parler d'interet quand on sait que tu es a ce poste par la force des armes et non parce que tu es instruite ou que tu le dois aux diplomes acquis pendant ton cursus scolaire. Cote d'Ivoire est tombe deh, des gens facons facons qui ont supporte la rebellion pour n'avoir qu'un poste veulent se jouer les donneurs de lecons. He Mme capturation en profite bien car le temps viendra ou tu retourneras dans ta Guinee, la terre de tes ancetres.

HE NOTRE DICTIONNAIRE NATIONAL TU ETAIS OU HOOO YA LONGTEMPS DEH HA TU ES VENUE ENLEVER LE MERCREDI AUX ENSEIGNANTS LA HUMMM JESPERE QUE TU AS BIEN PARLE FRANCAIS CETTE FOIS LA HEIN OK?

" Nous préférons une première dame étrangère à une première dame aux cuisses légères ". Dixit Candia...

Quand le mensonge est le pilier d'un gouvernement, les choses se gâtent. Depuis quand la guinéenne a discuté avec les syndicats. Et pourquoi MESMIN COMOE a réagit automatiquement à l'annonce de la dite reforme. et des farfelues comme Zongo1 réagissent dans les affaires de notre pays. tu verras que le mercredi les instituteurs n'iront pas en classe.