Dernière heure : Dahi Nestor et ses camarades libérés

Par Ivoirebusiness - Dernière heure. Dahi Nestor et ses camarades libérés.

Dernière heure. Dahi Nestor et ses camarades libérés mardi 11 juin 2019 nuit et reçus par le Dr Assoa Adou SG du FPI, et Odette Sauyet vice-présidente.

Dernière heure : Dahi Nestor et ses camarades libérés

Arrêtés le 10 juin 2019, Dahi Nestor et ses amis de la jeunesse du front populaire ivoirien ont été libérés mardi 11 juin 2019 après 24 heures de garde à vue à la préfecture de police d’Abidjan, a appris un journaliste d’Ivoirebusiness.
Dès leur libération, DAHI NESTOR, Suzanne Wodja Epse Essané, Claude Désiré Dasse, et BADET BENJAMAIN, ont été reçus par le Dr Assoa Adou secrétaire général du FPI, à son domicile.

Le FPI de Laurent Gbagbo et le RPCI-AC de Christian Vabé avaient condamnés leur arrestation et exigés leur libération immédiate et sans condition.

Nous y reviendrons.

Eric Lassale

Commentaires

Cest pas la honte ca ?
Toujours entrains de donner nom a ses opposants a cause de la peur.

Eh patriotes quand on vous arrte exigez des masques avant de rentrer ds leurs cellules. Ils plantent le poison ds des cellules pour que les opposants le respire pendant leur detention.

Soyez tres vigilants.

Bravo, Patriotes !
La paix ne reviendra dans ce pays que lorsque les patriotes auront chassé du pouvoir le bandit et criminel mossi wattra dramagène alassassin.
Armes aux poings bien évidemment !
C'est la seule et unique condition du retour de la paix en Éburnie.
Courage Patriotes !
C'est bientôt la fin des souffrances du Peuple-Ivoire.

JÉSUS-CHRIST enseigne que en toute chose ce qui doit avant tout importer : c'est l'amour de la vérité et la justice, ce qui fonde la paix véritable.
Le mossi mal élevé sarkonite, qui s'est installé en Côte d'Ivoire par l'épée sur la base du mensonge et de l'injustice ne saurait oeuvrer à la paix.
Il doit s'en aller au mossikro, au burkina, par l'Épée.
C'est la condition véritable à la paix en Côte d'Ivoire.
Patriotes, arrêtons les discours, le Peuple Ivoirien nous appelle à l'action de libération.
Levons-nous et libérons la Côte d'Ivoire !
Trêve de parole et donc de discours.

Je l'ai déjà dit : j'adhère à la déclaration de Bédié, malgré le "lourd passé" de ce personnage.
Il y a un an je me retrouvais, invité par un ami, dans un restaurant malien à Paris.
J'y fais la connaissance de 11 personnes passant pour être ivoiriennes.
Mais surprise, de tous, 2 seulement le sont véritablement. Les 9 autres ont un accent qui sonne clairement burkinabé.
Un des Ivoiriens me prend en aparté pour me confirmer ce que j'ai découvert par l'accent.
Il me dit que dans le groupe ne se trouvent que deux Ivoiriens, dont lui.
Mon interlocuteur est de Ferké. L'autre, de Bondiali.
J'ai senti que je devais les aider. 20 euros à chacun, que je leur ai donnés.
Ainsi je donne raison à Bédié.
Mais étant donné les comportements crapuleux des étrangers en Côte d'Ivoire, l'union et l'unité des fils et filles de ce pays sont nécessaires pour la libération de l'Éburnie.
Il est donc temps de taire nos divisions internes pour ne nous préoccuper que de la Côte d'Ivoire.
Tous ceux des nôtres qui, pour des différends entre patriotes, se préoccupent de régler des comptes les uns contre les autres, et qui contribuent consciemment ou inconsciemment à la perpétuation des crapuleries de mossi wattra alassassin dramagène en Côte d'Ivoire contre leurs propres compatriotes, finiront tôt ou tard par s'en mordre les doigts. Car la colère et les propos injurieux sont de piètres conseillers.
D'où le fait que j'adhère à la démarche de Bédié.
NB :
Je suis globalement pour la cause africaine, mais ça ne doit pas impliquer ma disparition au profit d'un autre sous le prétexte fallacieux du panafricanisme : le Peuple Ivoirien et son Identité ne doivent pas disparaître au profit des autres africains.
Je conçois le panafricanisme comme un mouvement de prise de conscience par des africains des différents enjeux de notre temps, qui se nourrit des identités nationales, pour porter haut et fort le flambeau africain dans les concerts des nations libres et souveraines.
Et ceci n'induit nullement qu'un peuple et son pays disparaissent au profit des autres.
Ce Mouvement doit reposer sur le respect intégral des identités nationales : autant je respecte les autres, autant ils doivent aussi me respecter.
Ma démarche s'oppose à celles de certains qui, au non du panafricainisme, prônent carrément la dilution de leur pays et de leur Peuple dans un ensemble aux contours incertains, voir simplement leur disparition.
Qu'ils se ravisent car le temps de l'union et de l'unité tous les Ivoiriens est venu, pour la défense du Peuple Ivoirien et de la Côte d'Ivoire.
Le Pays nous appelle.
Le Peuple est martyrisé.
Union, Unité, Action !