Liberia: Des serpents dans le bureau de Georges Weah

Par BBC - Des serpents dans le bureau de Georges Weah.

GETTY IMAGES Image caption. Le président Libérien Georges Weah.

Le président libérien est contraint de travailler a partir de chez lui à cause de deux serpents retrouvés dans son bureau.

Tout le building abritant le ministère des affaires étrangères et le bureau du président a été évacué et est en cours de fumigation.

Ce sont généralement des agents de sécurité qu'on retrouve devant le bâtiment qui abrite les bureaux du président libérien, mais cette semaine des intrus indésirables ont réussi à se faufiler sur le lieu de travail de Georges Weah.

Ce sont deux serpents noirs, ils se sont glissés hors d'un trou dans le mur derrière le bureau de la sécurité, provoquant la panique.

Tout le personnel a été évacué de l'immeuble y compris le président Weah.

Ces équipes devraient retourner au travail lundi après la fumigation du bâtiment. Il ne serait en effet pas étonnant d'entendre certains demander à travailler de chez eux du fait de la phobie pour les serpents.

En 2017, le président Nigérian avait également été obligé de travailler de la maison à la suite d'une invasion de rats. Mouhamadou Buhariu s'était absenté du bureau pendant environ 3 mois alors qu'il revenait d'une convalescence à Londres.

Lire la suite sur...https://www.bbc.com/afrique/47993971

Commentaires

Les regards se tournent vers Affi N'guessan.
Ces 2 serpents la sont peut etre a la solde d'Affi.
Son but c'est d'envoyer ces serpents en mission pour mordre Weah,comme ca lui Affi aura un point de chute: President du parti de Weah.
Car avec le retour de Gbagbo,Affi le collabo sera ejecte' hors de son siege qu'il usurpe en ce moment a la tete du Fpi pro-Wattra.

Gagagagagagagagagaga gagagaga !
Tout est possible avec Judas.
Lui et son gourdin sont transafricanistes. Ils peuvent diriger tous les pays Africains tellement ils sont assoiffes de pouvoir.
Si la CI est verouillee un jour, ca n'etonnera pas de les voir s'accaparer du Liberia pour ke diriger comme Liberiens