Côte d’Ivoire : la deuxième mort de Guy-André Kieffer, journaliste « trop curieux »

Par Le Monde - Côte d’Ivoire. La deuxième mort de Guy-André Kieffer, journaliste « trop curieux ».

Effigie de Guy-André Kieffer sur une affiche de Reporters sans frontières (RSF) dans les rues d’Abidjan en 2014. ISSOUF SANOGO / AFP.

En 2004, l’enquêteur franco-canadien était enlevé à Abidjan. Quinze ans plus tard, le mystère de sa disparition demeure et les promesses de vérité n’ont pas été tenues, dénonce notre chroniqueur.

Chronique. C’était il y a quinze ans jour pour jour. Le 16 avril 2004, à la mi-journée, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer (« GAK ») avait rendez-vous dans le centre d’Abidjan avec l’un de ses nombreux informateurs. Mais, sur le parking d’un centre commercial très fréquenté, ce fut des hommes en armes qui surgirent et l’embarquèrent manu militari dans leur véhicule banalisé. On ne l’a jamais revu.

Pendant des années, ses proches – sa femme Osange, son frère Bernard, notamment – ont remué ciel et terre pour tenter de savoir ce qui lui était arrivé, et pour que les responsables de son rapt soient déférés devant la justice. Mais l’enquête ouverte à Paris s’est enlisée au fil des ans, entre vrais-faux témoins se volatilisant aussi rapidement qu’ils avaient déboulé, manipulations en tous genres et indifférence grandissante.

« Réactiver l’enquête »
Dans un pays meurtri par une décennie de crise, que pèse – finalement – l’enlèvement d’un seul homme, un journaliste un peu trop curieux, un idéaliste scandalisé par la corruption régnant dans les allées du pouvoir de l’époque et déterminé à en dénoncer les turpitudes, toutes les turpitudes, qu’elles émanent du pouvoir de l’époque ou de ses adversaires ?

Aujourd’hui, il n’y a plus guère que l’association Reporters sans frontières (RSF) pour tenter de ranimer le souvenir de ce fouineur patenté. Dans un communiqué publié à la veille de ce triste anniversaire, RSF a appelé les autorités à « réactiver l’enquête », redoutant que celle-ci soit définitivement classée sans suite. Ce serait alors la deuxième mort de « GAK ». L’espoir suscité parmi les proches du journaliste par l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, en avril 2011, s’est dissipé. Les promesses faites à Abidjan comme à Paris n’ont pas été tenues. Et c’est aussi en cela que l’affaire Kieffer dépasse son cas personnel et constitue un symbole, celui de l’impunité qui persiste en Côte d’Ivoire, lourde de menaces pour son avenir.

Début avril, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme (FIDH) et deux autres ONG ont déposé un recours devant la Cour suprême de Côte d’Ivoire contre l’amnistie décrétée, en août 2018, par le président Ouattara. Cette mesure a bénéficié à quelque 800 personnes, dont des figures de l’ancien régime, à commencer par Simone Gbagbo. En février, c’est son mari, Laurent Gbagbo, qui était relâché par la Cour pénale internationale (CPI), la juridiction de La Haye prenant acte de l’incapacité de l’accusation à étayer son dossier contre l’ancien président ivoirien. Or les noms des époux Gbagbo ont été beaucoup cités dans l’affaire de la disparition de Guy-André Kieffer à Abidjan.

Ouverte au lendemain du rapt, l’enquête s’est en effet rapidement concentrée sur le premier cercle politico-familial autour du président Gbagbo. Le 16 avril 2004, Guy-André Kieffer avait rendez-vous avec Michel Legré, beau-frère de la première dame, Simone Gbagbo. Entendu rapidement par la justice, l’homme, qui a visiblement servi d’appât dans le kidnapping, pointait du doigt toute une série de proches de la présidence ivoirienne : de hauts responsables politiques, des militaires de haut rang, des hommes de main… Simone Gbagbo a toujours nié être impliquée, de près ou de loin, dans cet enlèvement.

Théâtre d’ombres
Au fil des ans, des témoins disparaissent, des personnages clés de cette affaire aussi. Michel Legré est décédé en septembre 2016, quatre ans après l’ancien ministre de l’économie et des finances de Gbagbo, Paul-Antoine Bohoun Bouabré, dont le nom revenait avec insistance dans l’enquête. Avant le rapt, « GAK » avait multiplié les articles dans la presse locale, sous son nom mais aussi sous pseudonyme, pour dénoncer des malversations dans la filière cacao, mais aussi des trafics d’armes impliquant de hauts responsables locaux.

Kieffer en savait-il trop ? Et sur beaucoup de monde, y compris sur des personnalités aujourd’hui au pouvoir ? Au moment de sa disparition, la Côte d’Ivoire était dirigée par un gouvernement de « réconciliation nationale » issu des accords de Marcoussis, dans lequel figuraient des ex-rebelles et Guillaume Soro lui-même, ainsi que des proches de l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara. Tout cela ne fait pas des coupables, mais dessine un paysage complexe, où tout le monde se connaissait intimement, et où les uns disposaient d’éléments potentiellement embarrassants sur les autres.

Tel un chevalier blanc autoproclamé, Guy-André Kieffer évoluait dans ce théâtre d’ombres, bien décidé à faire la lumière sur de ténébreuses affaires. Quinze ans après la disparition du journaliste, les acteurs de la crise ivoirienne, dont bon nombre arpentent toujours la scène locale, n’ont peut-être pas intérêt à réveiller les fantômes du passé.

En définitive, tout se passe comme si, même dans sa mort, « GAK » continuait de déranger beaucoup de monde en Côte d’Ivoire. Ce sera toujours le cas tant que son souvenir sera convoqué, en attendant que justice soit faite, un jour peut-être.

Thomas Hofnung (chroniqueur Le Monde Afrique)

Lire la suite sur...https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/04/16/cote-d-ivoire-la-deuxi...

Commentaires

Trêve de bavardage sur le Grand André Kieffer !
Les responsables de sa mort sont au pouvoir en Côte d'Ivoire. Avec leurs complices, les lobbies du cacao.
Si on cherche vraiment les responsables et coupables, de sa disparition, ils sont là et bien là, et connus de tous.
En faisant simple, on mettra facilement la main sur eux, mais ils apparaissent comme intouchables.
C'est pourquoi ils ne sont nullement inquiétés. C'est pourquoi aussi tout est médiatiquement fait pour porter les regards sur des Innocentes personnes qui ont pourtant les mains et la conscience propres.
Les tueurs sont donc au pouvoir à Abidjan et ailleurs.

Quelle stupidité. Diantre pourquoi depuis l'avênement de Dramane les enquêtes qui devaient s'accélérer sont passées aux oubliettes. Qui avait- il intérêt que les choses se sachent à cette époque. Le régime ou la rebellion? Ne savez vous pas que le Burkina-Faso pays qui servi de base arrière à la préparation de la crise ivoirienne a été pendant toute cette période exportateur de fèves de cacao alors qu'il ne dispose pas de vergers. Vous avez menti pendant une partie du temps pour tromper tout le monde mais ça suffit. Le temps a fini par avoir raison . Les assaissins du journaliste sont devant vous, vous le savez et vous n'avez pas les couilles pour le leur signifier. Allez-y vous faire voir ailleurs bande de crapules.

C'est Dramane qui a tué Kieffer pour accuser Gbagbo et provoquer sa chute. Dès que Gbagbo est tombé, ils ont rangé l’affaire au placard et ils n’ont plus jamais voulu en entendre parler.
Pareille pour le charnier de Yopougon, on n’en parle plus pourtant ce sont les djoulas qui sont pouvoir.
Tout à coup plus d’enquête Kieffer, tout a été rangé au placard, et le juge Ramaël devient comme par hasard conseiller de Ouattara. C’est eux les coupables. Gbagbo n’a jamais tué Kieffer et n’a rien à avoir avec cette affaire. Kieffer ne le derangeait même pas, Gbagbo ne le connaissait même pas. Toute une cabale grossière montée pour faire tomber un homme juste comme Gbagbo. Tout le monde est courant même RSF est au courant qu’ils arrêtent de faire semblant. Quand Gbagbo était au pouvoir, le même RSF l’accusait directement lui et son épouse Simone Gbagbo de l’avoir tué sans pourtant avoir la moindre preuve.
Le frère de Guy-André Kieffer et sa femme se baladait sur les plateaux de télévision en Europe pour demander au Président Gbagbo et à Simone Gbagbo de leur dire où il se trouve. Pourquoi aujourd’hui on ne les entend plus ?

Pourquoi n’ont-ils pas la même demarche avec Ouattara aujourd’hui ? Pourquoi tant de precaution avec ce régime sadique alors que l’enquête est au point mort ?

Alassane Ouattara lui-même disait quand je serai au pouvoir, je tirerai cette affaire au clair ?
Dramane ça fait 9 ans que tu es au pouvoir on n’a rien vu.
Pareille pour le charnier de Yopougon, l’affaire a été enterrée alors qu’on nous bassinait les oreilles que Gbagbo a tué les nordistes. Dramane est un tueur sadique c’est ça qui est la vérité.

Naka c'est un scandale parce que Affi est un usurpateur c'est tout simple. Le logo et le sceau si j'ai bien compris, appartiennent à monsieur Jo Mamadou, conseiller du Président Gbagbo, pour le compte du FPI de GBAGBO et non d'Affi. Car quand on créait le FPI, c'était Gbagbo qui l'a crée et Affi n'existait pas encore politiquement. Car Gbagbo qui l'a crée Affi étant une créature de Gbagbo. C'est comme le siège du FPI à Abidjan, c'est pour Nady Bamba pour le compte de GBAGBO, et aujourd'hui Affi a confisqué ce siège.
C'est encore le cas du journal Notre Voie. ça a été crée pour le compte du FPI de GBAGBO et aujourd'hui Affi l'a confisqué avec ses amis du gouvernement. Voilà le scandale Naka.

PATRIOTES, Donnons nos vies à Jésus car il combat pour nous. Comme avec Josué dans la bible, il a fait rentrer son peuple d'exil du Ghana sur la terre de leurs ancêtres comme il le leur avait promis.
Dieu est vraiment au contrôle et la terre de la Côte d'Ivoire lui appartient réellement. Donnons notre vie à Jésus notre seigneur et notre sauveur car l'Eternel nous a déjà exaucés.
Patriotes nous sommes déjà à Canann dans le pays que l’Eternel a promis à nos pères, et où coulent le lait et le miel et avec Josué, nous allons conquérir tous les territoires de Canaan.
Seigneur, que ton Saint nom soit glorifié et sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre en Côte d’Ivoire, comme dans les cieux.
Toi le Dieu au dessus de tout Dieu, le Dieu d’Israël d’Abraham d’Isaac et de Jacob, qui annule d’un trait tous les décrets démoniaques, qui frappe de ta main puissante et fait périr tous ces agents du Diable qui égarent ton peuple par la pornographie, la sexualité débridée, et qui se ventent de connaissances démoniaques dans le domaine de spirituel, ceux qui s’appellent grands guérisseurs pour guérir plusieurs maladies par la magie blanche avec des rituels puissants avec des retours affectifs de l'être qu'on aime, et qui prétendent vous aider à reconquérir votre ex rapidement en 7 jours sans aucune conséquence, ceux qui pratiquent des rituels à distance, l’envoutement, et l’empoisonnement mystique.
Toi l’éternel des Armées, qui a envoyé ton fils Jésus Christ de Nazareth sur terre pour nous sauver par le sacrifice suprême du sang versé à la Croix, et nous consoler avec le Saint Esprit, frappe de ta main puissance les marabouts, les sorciers, les satanistes, les esprits démoniaques, les lucifériens, les marchands de la mort et de la misère, ceux qui répandent le sang du juste et celui de ton peuple de Côte d’Ivoire, ce peuple avec lequel tu as une alliance établie et éternelle.
Toi l’unique Dieu, le Dieu véritable, toi le Dieu d’Amour, de Joie, de pardon, de Compassion, de générosité, de bénédiction, lent en colère généreux en bonté, benis-sois-tu et reçois toute la gloire.
Tu as promis à nos pères qu’ils rentreront à Canaan, dans le pays où coule le lait et le miel. Que ta volonté soit faite et que ton peuple soit délivré du mauvais berger. De ce berger sans cœur, sans amour, sans compassion, qui divise son troupeau, et le vend à vil prix. Qui répand le sang de son troupeau quotidiennement sans remords.
Seigneur, ce troupeau dispersé aux quatre coins du Monde, c’est ton peuple qui crie à l’éternel.
Toi-même tu as dit, si le peuple pour lequel mon nom est évoqué se sépare des mauvaises voies, cherche ma face, et prie, je l’exaucerai, je pardonnerai ses péchés, et je délivrerai son pays.
Seigneur, ton peuple crie à l’éternel depuis le 11 avril 2011, prie tous les jours, et a abandonné ses mauvaises voies. Exauce le Seigneur, par la puissance de ton intervention Divine, délivre son pays.
Reçois toute la gloire et toute l’adoration de ton peuple Eternel Dieu tout puissant. Et merci pour ta générosité et tes bienfaits.
Ton peuple t’es reconnaissant à toujours au nom de Jésus. Amen.

Les occidentaux ont pris fait et cause pour Ouattara pour diaboliser le président Gbagbo. Tous ces crimes dont on accusaient Gbagbo en longueur de journée étaient commis par les rebelles et le RDR. Aujourd'hui au pouvoir toutes ses affaires ont été classées. Ils sont vraiment méchant pour avoir accusé le régime Gbagbo pour rien. Le président Gbagbo doit porter plainte contre la femme Kiefer et Dramane.