Afrique: Le mauvais état des routes fait perdre 1,5 milliard d’euros par an à la Côte d’Ivoire

Par LE MONDE - Le mauvais état des routes fait perdre 1,5 milliard d’euros par an à la Côte d’Ivoire.

Construction d’une route dans l’est de la Côte d’Ivoire, en novembre 2015.

Le pays compte 15 000 km de routes, certains tronçons étant dans « un état de dégradation très avancée ».

Le Monde avec AFP

L’économie de la Côte d’Ivoire, en pleine croissance, perd 1,5 milliard d’euros par an à cause du mauvais état des routes, a déploré, mardi 5 février, un haut responsable du secteur.

« Le cacao, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial, les produits vivriers, les noix de cajou, ne sont pas totalement évacués à cause des routes impraticables, surtout en saison pluvieuse », a expliqué Pierre Demba, directeur général de l’Agence de gestion des routes (Ageroute), qui chiffre à « 1 000 milliards de francs CFA [1,5 milliard d’euros] le manque à gagner pour l’économie nationale chaque année ».

Pour remédier à cette situation, le gouvernement ivoirien affirme avoir investi plus de 1 100 milliards de francs CFA depuis 2011 dans la construction et la réhabilitation de près de 600 km de routes et la construction d’infrastructures, comme le troisième pont d’Abidjan.

Le réseau routier ivoirien, l’un des plus importants en Afrique de l’Ouest, compte 15 000 km de routes, dont 6 500 km bitumés, avec une moyenne d’âge de 30 ans, certains tronçons étant dans « un état de dégradation très avancée ».

Dans les cinq prochaines années, la Côte d’Ivoire va également investir près de 3 000 milliards de francs CFA dans le développement des infrastructures. Les investissements annoncés concernent notamment le quatrième pont d’Abidjan, qui va relier la commune populaire de Yopougon au quartier d’affaires du Plateau.

Ce projet a déjà bénéficié d’un financement de 155 milliards de francs CFA de la Banque africaine de développement. Les travaux de construction de l’autoroute reliant Abidjan à Ouagadougou (Burkina Faso), sur une distance de 1 100 km, font également partie de ces investissements. Abidjan doit compléter 330 km d’autoroute sur les 650 appartenant à la partie ivoirienne.

La croissance économique ivoirienne, de 7 % par an en moyenne depuis 2011, est tirée par les grands travaux. Mais cette politique est stigmatisée par une partie de la population, pour qui la croissance est insuffisamment partagée.

En témoigne le slogan « On ne mange pas les routes ou les ponts », en vogue dans le pays. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a promis lors de son allocution de nouvel an un grand effort social, avec un programme de 727,5 milliards de francs CFA sur deux ans.

Lire la suite sur...https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/02/06/le-mauvais-etat-des-ro...

Commentaires

PATRIOTES,
Savez-vous ce que me disent des vietnamiens, cubains, algériens, angolais concernant la Côte d'Ivoire ?
En effet, selon ses amis, si comme ce qui est arrivé en Côte d'Ivoire avec mossi wattra dramagène s'était produit dans leurs pays, dès le lendemain de l'usurpation de pouvoir par ce burkinabé, ils passeraient à l'attaque et alassassin aurait eu en permanence le derrière feu jusqu'à sa chute, il n'aurait pas eu un seul jour de répit.
Ils s'étonnent donc de voir les Ivoiriens sans réaction pendant que mossi dramagène s'en met plein les poches et les nargue tous les jours avec ses complices internationaux. Autant le dire tout net, ils sont révolté et furax.
Ce que j'ai trouvé chez eux m'a beaucoup étonné sur la crise ivoirienne : ils connaissent toutes les ramifications du problème politique ivoirien, c'est à dire qu'ils ont appris au sujet de cette crise beaucoup plus que moi, on dirait même qu'ils en sont de grands historiens.
Pourquoi ne pas les comprendre ? En effet, le mossi a promis mélanger la Côte d'Ivoire, il a fait.
Il a réussi par la violence à se hisser à la tête des institutions de ce pays. Il fait tuer qui il veut. Il fait emprisonner qui il veut - pensons aux FDS, à CARTON NOIR, au Dr ISRAËL N'GORAN et à bien d'autres innocents injustement incarcérés et ainsi privés de liberté. Il bafoue le droit à la liberté d'expression de la pensée. Il fait usurper les biens appartenant aux Ivoiriens pour le bonheur des étrangers notamment pour celui de ses compatriotes burkinabés. Il substitue des sous-régionaux aux éburnéens dans les administrations ivoiriennes - le matin, tu arrives au travail, c'est un burkinabé qui occupe ta place, on te fait savoir que tu es remplacé parce que tu es licencié, sans aucun motif. Il permet à son pays - le burkina - d'exporter les biens agricoles que celui-ci ne produit pas : par exemple le cacao. Malgré que mossi dramagène wattra alassassin le Peuple-Ivoire de la sorte, il est étonnant à leurs yeux que les Patriotes ivoiriens ne luttent pas armes aux poings pour recouvrer la liberté dans leur pays.
Ce que dans les échanges je leur concède et donc reconnais.
Alors, Patriotes, si nous ne nous levons pas pour prendre les armes aux fins de la Liberté et la Souveraineté de la Côte d'Ivoire, les générations futures nous en voudrons. Non seulement ça, en plus, PAPA et CHARLES plus jamais ne retrouveront leur Terre natale.
Car tout est mis en place pour attenter à leur vie soit pour les maintenir en permanence et pour toujours hors de la Côte d'Ivoire.
Le plan mis en place par wattra dramagène alassassin et ses acolytes intègre l'appel interjeté par la salope fatou bensouda. Lequel lui sera accordé, ce qui va induire le fait que le procès va s'étendre sur 6 ans au moins.
En revanche, si les armes parlent en lieu et place de la justice humaine des tribunaux, au bout de 3 à 7 mois de combat intense, pour cause de paix, nous exigerons dans le cadre des négociations la "libération immédiate véritable" de PAPA et de CHARLES. Mais tant que nous affichons notre faiblesse en tournant en rond sur nous-mêmes, le Peuple, PAPA et CHARLES démeureront dans la souffrance que lui infligent en permanence le mal élevé mossi et ses crapules et criminels acolytes.
Alors, Partriotes, la Patrie nous appelle et espère sa délivrance par notre vaillance.

PAROLE DE JÉSUS-CHRIST
Matthieu 23, 33-36 : « Serpents, engeance de vipères ! Comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la géhenne ? C'est pourquoi, voici que j'envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville en ville, pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang de l'innocent Abel jusqu'au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l'autel ! En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération ! »
Patriotes miens, l'un des enseignements de ce texte est clair : le sang versé de l'innocent retombe toujours sur son auteur : on peut conjecturer pour dire même que Dieu ne laisse pas impuni l'assassin ou le meurtrier de l'innocent.
Comprenne alors qui pourra !