Libération de Gbagbo/ La CEDEAO s'engage: « Il est temps d’œuvrer à sa libération car 25 millions de personnes dans le Monde l'exigent »

Par Le Temps - CPI. Libération de Gbagbo. « Il est temps pour la Cedeao d’œuvrer à sa libération car 25 millions de personnes dans le Monde l'exigent», selon son représentant en Côte d'Ivoire, Carlos M'Baye.

Seéance de travail entre M. Babacar Carlos Mbaye le représentant permanent de la Cedeao à Abidjan et la délégation des représentants des initiateurs de la pétition pour la libération du président Gbagbo.

« La Cedeao n’est pas restée sourde au résultat de la pétition. Une pétition ayant enregistré plus de 25 millions de personnes partout dans le monde, ça interpelle ». Voici les propos rassurants de Sem. Babacar Carlos Mbaye le représentant permanent de la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à Abidjan en Côte d’Ivoire à la forte délégation de membres signataires de la pétition internationale pour la libération du Président Laurent Gbagbo qu’il recevait en audience.Ce matin du vendredi 16 juin 2017, une forte délégation de membres signataires de la pétition internationale pour la libération du Président Laurent Gbagbo a en effet, rencontré M. Babacar Carlos Mbaye le représentant permanent de la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à Abidjan en Côte d’Ivoire. La rencontre a eu lieu à 10 hier précise, dans les locaux de la dite organisation sis au plateau. Il était question pour les deux groupes de discuter des possibilités d’actions pour libérer l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo au terme de la pétition initiée conjointement par l’écrivain ivoirien Bernard Belin Dadié et l’ancien Premier ministre togolais Joseph Kokou Koffigoh. Au cours des échanges, la délégation conduite par Franck Zingoua, représentant l’initiateur Bernard Bélin Dadié a demandé à la Cedeao d’user de tout son poids pour obtenir la libération du président Laurent Gbagbo, de tous les détenus politiques ainsi que le retour sécurisé des milliers d’exilés politiques.

Elle (délégation) a informé le diplomate qu’il y a eu environ 15 millions de pétitionnaires originaires de la Cedeao qui se sont exprimés en faveur de la libération du président Laurent Gbagbo. Le représentant permanent de la commission de la Cedeao, l’ambassadeur Babacar Carlos Mbaye, a tout de suite rassuré ses hôtes. « La Cedeao n’est pas restée sourde au résultat de la pétition. Une pétition ayant enregistré plus de 25 millions de personnes partout dans le monde, ça interpelle », a affirmé le Représentant de la Cedeao en Côte d’Ivoire. Et le diplomate africain de poursuivre : « Il est donc temps pour la Cedeao d’œuvrer désormais à la libération du président Laurent Gbagbo. » Cet échange enrichissant s’est achevé autour de 11h. Faut-il le rappeler, la délégation de la pétition était composée de Franck Zingoua (porte parole du doyen Bernard Dadié), Maurice Lohourignon (secrétaire exécutif du bureau de la coordination de la pétition), du professeur David Komono, Mme Odette Sauyet Likykouet, et César Étou pour le compte du Front populaire ivoirien (Fpi) le parti fondé par le président Laurent Gbagbo, et Paul Arnaud Bohui de l’UNG.

Le Temps

Commentaires

De quelle CDEAO parlez vous chers ? Celle dont vous vilipendée au quotidien là ? Celle qui était la première institution internationale à vous dire que vous avez perdu les élections et que vous devez dégager là ? Celle dont vous détestez et même pestiférez les ressortissants malgré que vous en faites partie vous même là ? Mais pourquoi n'a pas honte même ? !!!

La meme CEDEAO qui vous as supporter. Respect toi

La même CEDEAO dont parle un des vôtres ici :"Quelques mois après cette forfaiture, L'ONU , l'UA, et la CEDEAO ( qui reconnaissent tous la victoire de Ouattara) décident de bouter hors du pouvoir l'ex président Laurent Gbagbo. Ainsi, la CEDEAO demande à sa force Ecomog de se mettre en action pour forcer la main à Gbagbo afin qu'il laisse le pouvoir à son successeur élu, Alassane Ouattara.

MAIS PROBLÈME, si cette force doit venir en Côte d’Ivoire, s'entraîner, et après acheminer du matériel de guerre, il doit prendre extrêmement du temps, ce qui n'est pas de bonne augure. La CEDEAO en accord avec la mission onusienne en Côte d’Ivoire ( ONUCI) et le président élu (par la Communauté internationale, Ndlr...), Alassane Ouattara, décident de se servir du matériel sur place et des hommes des FAFN ( Forces Nouvelles ).

L' ONU demande à sa mission locale ( ONUCI) de faire l'inventaire de l'arsenal de Gbagbo et des FAFN.

Après celà, il en ressort clairement que Gbagbo étant surarmé, il convient d'équilibrer les forces en présence. Et le président Ouattara décide alors de rebaptiser l'armée, les FRCI : Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ( les ex Fafn et quelques ex loyalistes ayant rejoint son camp ).

Ainsi, sur conseil de l'ONUCI, le nouveau président élu (par la Communauté internationale, Ndlr...), Alassane Ouattara, chef de l'armée décide d'acheter des armes, mais il y a un soucis majeur , la Côte d’Ivoire est sous embargo d'armes, donc on décide de contourner l'embargo en achetant ces armes sous l'aile du Burkina Faso de Blaise Compaoré. Et le devis de cet armement s'élève à un peu plus de 3,5 millions de dollars.(environ + 2,3 milliards de frs cfa)"

Enfin la CDEAO reconnait ses erreurs du passé ... et pourtant , les représentants des états de la CDEAO ne sont pas que des Broussmani , loin s'en faut ! L'imposteur y a même ses entrées ... pour le moment !

Or donc la petition joue un role important sur un sujet. Que vont dire les zozos qui viennent de l'apprendre ?
Cecil etant, seuls les imbeciles ne changent pas. Ils insistent ds leur betise jusqu'a leur perte.
Que la CEDEAO , soro, alpha blondy, Ticken jah, l'ancien Ministre rebelle qui insulte mossi tous les jours, RFI, France 24, les mutins....KKB, tirbuce koffi, banny, Anaky qui ont soutenu les rebelles et la deportation de Gbagbo crient a sa liberation aujourd'hui, ils nous donnent simplement raison
6 ans apres leurs erreurs.
On peut retourner la meme question idiote aux zozos :
Pourquoi tous les soutiens de la rebellion reclament la liberation de Gbagbo meme les rebelles ??
C'est que la verite s'est imposee au mensonge et aux armes.

C'est quoi ces longs posts parlant de BITCOIN qui pullulent en commentaires sur tous les articles de Ivoirebusiness ?? Il n'y a pas de moderateur sur ce site ou quoi ? Cest quoi ces posts de centaines de lignes juste pour empêcher que les autre commentaires ne soit affichés sur le sites.

Je suis de ton avis Observateur.
On a attirer l'attention de ivoirebusiness dessus depuis des nous. Rien n'a fit.
Peut-etre l'auteur leur verse des commissions ou peut-etre que c'est la publicite du journal lui-meme.
On ne sait vraiment pas pourquoi ils laissent ces publicites grossieres pertuper tout le monde
sur ce site qui eat un site de debats politiques.
J'espere qu'ils en tiendront compte cette fois.

CHRETIENS, CHRETIENNES,
Voici un miracle de feu au Saint Sépulcre à Jérusalem.
https://www.youtube.com/watch?v=vsqmfWxdTfc
C'est le Feu de l'Esprit.
Excellent visionnage.

J’ai lu dans un article paru ce 17 juin 2017 sur le site de " Ivoirebusiness.net", et signé « Le Temps », des propos que j’aurais tenus au cours de l’audience que j’ai accordée, le 16 juin 2017, à sa demande, à une délégation du Comité National de la « Pétition Internationale pour la Libération de Laurent Gbagbo » conduite par M. Franck ZINGOUA.
En plus d’une réelle surprise, cet article m’a causé une profonde indignation. En effet, les propos qui m’y ont été attribués ne sont pas miens ; ils ne peuvent pas l’être car je n’ai fait aucun commentaire sur l’objet de l’exposé de M. ZINGOUA, compte tenu de sa nature. Le fait de m’avoir imputé ces propos est une totale distorsion de la réalité telle que celle-ci a été relatée dans un article paru dans la version papier du journal « Le Temps », du 17 juin 2017 (voir la copie ci-jointe de l’article en question).
Au regard de ce qui précède, j’élève une vive protestation contre l’article publié dans Ivoirebusiness.net dont je démens, catégoriquement, la partie de son contenu concernant la CEDEAO. J’exige également que la position de rejet et de condamnation ainsi exprimée soit dûment publiée comme démenti et droit de réponse.

Meilleures salutations

Ambassadeur Babacar Carlos Mbaye
Représentant Résident
de la CEDEAO en Côte d'Ivoire
ABIDJAN

ARTICLE « ORIGINAL » DU JOURNAL « LE TEMPS » N°4109 du samedi 17 au dimanche 18 juin 2017, signé F. Bailly dans la Rubrique "LE TEMPS DE L’ACTUALITE"
Selon Me Trazié Francis Elisé, Huissier de Justice près le tribunal de première instance d'Abidjan-Plateau, qui a recueilli les signatures de la pétition internationale pour la libération du Président Laurent Gbagbo, cette opération a enregistré un total cumulé de 260767.291 de signature récoltées en Côte d’Ivoire, en Afrique en Europe et en Amérique. Pour une pétition qui a été lancée officiellement le 22 juin 2016 à Abidjan et qui a pris fin le 25 décembre 2016. A cet effet, la Côte d’Ivoire a récolté le plus grand nombre de signatures avec 13.853.978.
Elle est suivie de l’Europe avec 7.497.513 signatures, vient en troisième position l’Afrique avec 4.290.608 signatures et enfin l’Amérique avec 1.125.512 signatures. Plus de 4 mois après la publication de ces chiffres, le Comité national de la pétition internationale pour la libération du Président Laurent Gbagbo que pilote le Doyen Bernard Dadié était hier vendredi 16 juin 2017, au siège social de la Cedeao, pour présenter à cette structure de la sous-région la réalité de la popularité mondiale du fondateur du Fpi. La délégation était conduite par Franck Zingoua (porte-parole du Doyen Bernard Dadié) et composée de Maurice Lohourignon(Secrétaire exécutif du bureau de la coordination de la pétition ), la vice-présidente Odette Sauyet, le Pr David Komono(membre du Bureau national de la coordination), César Etou et Paul Arnaud Bohui de l’Ung. Si le représentant permanent de la Commission de la Cedeao, l’ambassadeur Babacar Carlos Mbaye, n’a pas fait de commentaire relativement à cette visite, ses hôtes lui ont expliqué les raisons de leur démarche.
« La Cedeao est une sorte d’entité dans laquelle les populations de la sous-région se retrouvent. Si les choses se passent bien en Côte d’Ivoire, c’est toute la région qui en bénéficie. Cette démarche s’inscrit donc dans le cadre strict de la pétition. Il y a eu plus de 13 millions de signataires en Côte d’Ivoire, plus de 2 millions dans les différents pays de la sous-région. C’est donc au nom de ces signataires-là que la démarche de la délégation est faite. Pour que la CEDEAO, en tant que commissionnaire, use de tout son pouvoir discrétionnaire pour permettre la libération des prisonniers politiques, le retour digne des exilés. Vu que les culpabilités ne sont pas avérées au niveau du procès de Laurent Gbagbo, il faut que la Cedeao agisse pour obtenir la libération de Laurent Gbagbo… » a expliqué les émissaires du doyen Bernard Dadié.
F. BAILLY