Côte d'Ivoire: Et si Gbagbo était libéré  ?

Par Courrierinternational.com - Côte d'Ivoire. Et si Gbagbo était libéré  ?

Le Président Laurent Gbagbo à la CPI. Image d'illustration.

La question d’une possible libération provisoire de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, poursuivi par la Cour pénale internationale pour “crimes contre l’humanité”, refait surface. Venance Konan, du quotidien ivoirien Fraternité Matin, décrypte les conséquences d’une telle décision.

Alors que Laurent Gbagbo a, une nouvelle fois, accusé la France d’avoir saboté sa présidence, dans une récente interview accordée au site d’information français Mediapart, l’ancien chef d’État ivoirien – chassé du pouvoir en 2011 par les partisans de l’actuel président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara – poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour des “crimes contre l’humanité” pourrait, à terme, bénéficier d’une possible libération, en raison de la durée de sa détention provisoire supérieure aux normes admises par la Cour européenne des droits de l’homme.
L’ex-président ivoirien est incarcéré à la prison de Scheveningen, aux Pays-Bas, depuis près de six ans et son procès, ouvert en janvier 2016, pourrait encore durer des années. Et si les juges de la CPI ont refusé pour la onzième fois, en mars dernier, d’accorder la liberté conditionnelle à Laurent Gbagbo, le président de la Chambre, Cuno Tarfusser, s’est prononcé en faveur d’une remise en liberté, sous condition, de l’ancien chef d’État.

Quelles conséquences pourraient avoir un retour de l’ancien président sur la scène politique ivoirienne ? Nous avons posé la question à Venance Konan, directeur général du quotidien ivoirien Fraternité Matin.

Courrier International : Comment a réagi la société ivoirienne, et la presse, à l’interview de Laurent Gbagbo dans Mediapart ?

Venance Konan : Les partisans de Gbagbo sont bien contents de l’entendre dire ce qu’il a toujours dit. De l’autre côté, les partisans de Ouattara font preuve de beaucoup de résistance. Il n’a pourtant rien dit de nouveau, il accuse la France d’être derrière la rébellion et la crise, c’est la thèse bien connue de ses partisans. Mais il faut rappeler à M.Gbagbo que quand il était au pouvoir, il n’a pas fait grand chose pour se démarquer de la France avec qui il a toujours entretenu de grandes relations. Pour ce qui est de la presse ivoirienne, elle est toujours aussi clivée : il y a la presse bleue, pro-Gbagbo, et la presse pro-Ouattara. Nous, à Fratmat, nous essayons de ne pas tomber dans ces clivages-là, même s’il faut admettre que nous sommes une presse de l’État.

Mediapart juge qu’il est “fort probable” que Laurent Gbagbo retrouve la liberté d’ici à 2020, date des prochaines élections. Qu’en pensez-vous ? Quelles conséquences cela pourrait-il avoir ?

C’est vrai que le procès est long et que ça traîne, mais je ne crois pas que la CPI puisse se déjuger comme cela. Je suppose que si elle a voulu le juger, c’est qu’elle avait des arguments solides. C’est vrai aussi qu’on en parle de plus en plus. S’il est libéré, ses partisans vont d’abord danser de joie : selon eux, une libération prouvera l’innocence de Gbagbo, montrera qu’il a été accusé à tort, qu’il a été victime d’un complot de la France et que c’est lui qui a gagné les élections. Ils ne reconnaîtront jamais Ouattara, qu’ils considèrent comme illégitime. Il est possible que cela donne lieu à une nouvelle crise plutôt qu’à une réconciliation… J’imagine déjà l’émeute qui se produira à son retour au pays. Et où ira-t-il ? Tout cela semble compliqué.

Dans ce contexte, comment envisager une réconciliation entre les deux camps ?

Cela fait des années qu’on se regarde en chiens de faïence : en 2010 et 2011, on est allé jusqu’à se battre et à se tuer. Dans trois ans il y a de nouvelles élections : si le résultat fait qu’on se tape dessus, on aura fait tout ça pour quoi ? Il y a quand même eu 3 000 morts, la réconciliation est nécessaire. Guillaume Soro [le président de l’Assemblée nationale] en a parlé lors de son discours de rentrée. Dès que le président Ouattara a été élu, il a créé une commission “dialogue, vérité et réconciliation”. Cette commission a fait ce qu’elle a pu, mais ça n’a pas donné grand chose.
Il y a de la bonne volonté, beaucoup de tentatives, mais les deux camps sont trop marqués. Pour les partisans de Gbagbo, il faudrait libérer tous les prisonniers politiques. Les partisans de Ouattara tiennent à ce que la justice soit respectée. Les deux camps ne parlent pas le même langage. On va continuer combien de temps comme cela ?

Propos recueillis par Claire Gounon

Commentaires

Si Gbagbo était libéré, la réconciliation pourrait s'accélérer.
Je ne suis pas de ceux qui pensent qu'il pourrait y avoir une autre crise. Bien au contraire. Je pense plutôt que beaucoup de ces partisans pourraient même être déçus. Car, souvenons-nous, que c'est grâce à Gbagbo que Bédié et ADO sont rentrés au pays pour participer aux processus démocratique.
Gbagbo est un homme de réconciliation et de pardon. En cela il pourrait décevoir les va-t-en-guerre qui sont dans son camp.
Mais, la présence de Gbagbo n'est pas forcément source de paix. Car, durant plusieurs années, les institutions de la république ont changé. Notamment, au niveau de l'armée et de toutes les forces de sécurité. L'appareil judiciaire n'est pas encore totalement remis du traumatisme et l'administration elle-même est lourdement métamorphosée. Et puis, les jeunes électeurs actuels ne connaissent même pas Gbagbo.

C'est pour toutes ces raisons que, même s'il est présent au pays, une transition pacifique passe nécessairement par GKS.
Oui. Encore lui GKS.
C'est lui seul qui peut nous garantir la paix et permettre, petit à petit, de restructurer la nation.

Jesuis, LG c'est le citoyen ivoirien qui a le plus vécu l'ingratitude. Tous ceux que tu as nommé ont bénéficié de quelque chose de cet homme de grand coeur. Mais tout le monde entier a vu la conspiration qu'ils organisé contre lui. Fais un effort pour te placer au dessus de ta naïveté et tu comprendras.

Si Gbagbo est libere, non seulement il auras la reconciliation mais le pays seras plus productif. En se moment tout est bloquer au pays.

Pouvez vous me dire ce que le refus de réconciliation des BROUSMANI dérange dans la marche de ce pays ? Ou c'est à cause de votre non réconciliation que y a eu mutinerie ? Que le la cours du cacao a chuté ? Que les fortes pluies font des dégâts et des morts ? Vous n'avez même pas honte de faire ce chantage quoi !

Tu as raison, mon frère Zongo mais sache que tes propos te rattraperons le moment venu. Alors tu joueras à l'innocent quoique tu saches ce que tu as fais.

Avec des si, le boulanger serait même pas arrêté par Bravetchè.....Cet boulanger est dangereux pour la réconciliation! Même en prison il artiste la haine de ses disciples contre la France et certains pays africains....

Tu écris en quoi ? Vraiment le pays est pourri ! Qui peut me dire s'il a atteint le niveau de la classe de CE2 ? Voyons, peux-tu me donner la signification de ce que tu as écrit ici :"Même en prison il artiste la haine..." ?

Soyez sans peur. Gbagbo sera libere et le ciel ne tombera pas sur les allergiques a la paix et a la reconcilliation.
C'est prouve partout et par tout le monde que c'est Gbagbo qui a ete attaque par une horde et qui a couru partout a la recherche de la paix en vain parceque ceux qui l'attaquaient n'en voulaient pas.
Lies temoins de l'accusation l'ont dit encore a la CPI.

Gbagbo liberere, c'est la CI qui s'en portera bien.
Le rebelles et leurs soutiens le disent aujourd'hui.
Gbagbo kafissa, fredonnent-ils le long du jour.

Sa liberation va meme jusqu'a liberer les plus allergiques a la reconciliation. Ceux qui aiment nager ds les eaux troubles.
C'est leur peur de la reconcilliation et du vivre ensemble qui rend les choses difficiles.
C'est aussi la honte d'une cruaute sans nom qu'ils gerent aussi Sinon tout est deja fait.
It's done ! C'est fait ! C'est fini ! Dixit Yawe.
Qu'il aide la reconcilliation et la paix.

Poser les questions c'est y répondre. Oui la réconciliation peut décourager les mutins en les privant de leur raison d'être qui est la protection du régime Ouattara; Elle peut décourager les spéculateurs locaux du cacao qui ne sévissent pas au Ghana. Elle peut cibler l'habitat précaire qui ne résiste pas aux pluies. En résumé elle peut faire du Gbagbo.

Mieux vaut un boulanger qu'un foudre de guerre mal barré. Au moinsr un boulanger nourrit les ventres affamés. Même les sobriquets méprisants se retournent pour flatter la cible du mépris.

Zongo et bravtchè le terme boussoumani signifie quoi, c'est pas de la haine ? Vous avez raison. C'est nous qui avons voulu régler cette affaire de rébellion pacifiquement.
MAIS SACHEZ QUE LE TEMPS EST UN AUTRE NOM DE DIEU.
VOUS AVEZ SEME LA HAINE VOUS ALLEZ RÉCOLTER LA TEMPÊTE. CAR LA VÉRITÉ VA VOUS RATTRAPER BIENTÔT

@Amougnan,
Calme toi. La guerre est finie. Finie. Reviens à nous.
Aujourd'hui, il est question d'inviter tous les enfants du pays sous l'arbre à palabres, pour la réconciliation. Certains sont tellement fâchés qu'ils restent retranchés dans leur chambre, refusant de sortir, pendant que les sages du village attendent.
Rejoignons-les là-bas, dans la chambre. Non pas pour faire palabre, mais pour les convaincre de la nécessité de se retrouver pour se parler. Puis se pardonner et se serrer la main.

Armons-nous donc de patience et d'arguments pour y arriver.

Nous devons nous réconcilier. La paix, qui était notre seconde religion, a foutu le camp.
Nous devons la rechercher et la ramener. Cela, pour notre propre bien à nous-mêmes d'abord. Puis, pour nos enfants, ensuite.
Nos prédécesseurs, nanan Houphouët-Boigny et autres, ont œuvré pour la paix. Ils nous ont légué la paix. Nous n'avons pas le droit, nous, de léguer la merde à nos enfants.
Nous devons tout faire pour réparer tout.

A propos du vote en France, le Premier ministre français a également estimé que les Français avaient, "dans leur grande majorité, préféré l'espoir à la colère, l'optimisme au pessimisme et la confiance au repli".

Qui peut me dire que les Ivoiriens sont moins intelligents ??? Personne.

Nous ne devons pas rester couchés. Relevons-nous et reprenons la course. Car, la victoire est à l'arrivée.

Reconcilions-nous.

CHRETIENS, CHRETIENNES,
Voici un miracle de feu au Saint Sépulcre à Jérusalem.
https://www.youtube.com/watch?v=vsqmfWxdTfc
C'est le Feu de l'Esprit.
Excellent visionnage.