Armes découvertes chez le directeur du protocole de Soro à Bouaké: Une enquête ouverte (Ministre)

Par Alerte Info - Armes découvertes chez le directeur du protocole de Soro à Bouaké. Une enquête ouverte (Ministre).

Le ministre ivoirien délégué à la Défense, Alain Richard Donwahi, a affirmé mardi à Abidjan qu’une « cache d’armes » a été découverte pendant le mouvement d’humeur de soldats dans plusieurs villes ivoiriennes, évoquant une enquête en cours pour situer les responsabilités, lors d’une conférence de presse.

« Nous avons découvert une cache d’armes (…) dans une résidence », a dit M. Donwahi, ajoutant que « les responsabilités seront situées » car une « enquête est en cours » pour déterminer leur « origine » et leur « propriétaire », face à la presse.

Il a souligné que « la plupart de ces armes ont été emportées par des soldats » et assuré que le gouvernement s’attèle à « récupérer toutes (celles) qui auraient été prises par des civils et qui seraient en libre circulation au niveau de Bouaké (centre ivoirien) ou ailleurs ».

Lundi, alors que des tirs se faisaient encore entendre dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire dont Bouaké, le fief de l’ex-rébellion, des photos de caisses d’armes vides exposées dans une habitation ont circulé sur les réseaux sociaux.

Le ministre a soutenu dans la matinée que « le calme est revenu » dans le pays, après avoir annoncé lundi qu’un « accord a été trouvé sur les modalités de sortie de crise », à l’issue d’échanges entre l’état-major des armées et les mutins.

Mercredi, une délégation de soldats du contingent des 8.400 militaires qui se sont mutinés début janvier pour réclamer le paiement de primes, a présenté ses « excuses à la nation » et promis de renoncer « définitivement à toute revendication d’ordre financier ».

Il s’en est suivi un mouvement d’humeur dans plusieurs localités du pays dont Abidjan, Bouaké et Daloa, « entraînant des dégâts matériels importants » et faisant « neuf blessés et deux morts », selon un bilan du gouvernement.

Manuella YAPI

Commentaires

Vous avez emprisonne une simple femme pour tentative de coup d'etat sans a une arme trouve chez elle ni chez un proche.
Elle a fait 8 mois en prison sans jugement pour rien. Elle vient d'etre liberer sans un mot.
Maintenant que vous avez trouve des armes lourdes qq part, on ne devrait pas en principe faire une enquete d'abord.
Ayez un jour des couilles pour arreter Soul to Soul pour coup d'etat.
Faites comme pour les pro-Gbagbo. Mettez en prison d'abord avant d'enqueter.
Vous toucher a Soul to Soul vous avez touche a Soro.
Et vous savez ce quI va vous arriver en une seule journee.
Bande d'incapables meteurs en scene.
Vos scenarios ont marche contre Gbagbo parceque la Communaute Internationale etaient le principal metteur en scene.
Mais entre vous les rebelles ca ne pas sera pas.
Vous connaissez tous comment ca se passe.
Et d'ailleurs ca fait quoi si un rebelle posse de des caisses d'armes lourdes chez lui ?
C'est le contraire qui merite une enquete ou une perquisition.
Prennez les Ivoiriens au serieux. Meme s'ils ont faim, ils sont mures.
Soro pourquoi meme vous niez ?
Depuis 2002 vous dormer avec les caisses d'armes. C'est aujourd'hui mokochi a vu ca ?
Tchruuuuuuuur la-bas !

Bien dit.bringbackgbagbo

C'est curieux cette découverte d'armes. Au moment de la mutinerie comment avez-vous fait pour être sur place pour découvrir des armes. Cela sent une planification pour incriminer quelqu'un.

Voici l'alternative : soit Mokochi neutralise l'instigateur des mutineries, parce que le FMI lui interdit un usage de l'argent aux fins de calmer les mutineries, soit il cède sa place parce que c'est sa personne qui est redevable envers les mutins. Sans lui pas de mutineries.