Afrique: Le président Ouattara a la mémoire qui flanche sur RFI

Par Mondeafrique - Le président Ouattara a la mémoire qui flanche sur RFI.

Le procureur de la CPI reçu en audience par le Président ivoirien Alassane Ouattara. Image d'archives.

Alassane Dramane Ouattara – dit ADO – a la mémoire qui flanche, lorsqu’il déclare sur RFI ce lundi qu’il ne « connaissait pratiquement pas » le premier procureur de la Cour pénale internationale (CPI), l’Argentin Luis Moreno Ocampo, qui a joué un role déterminant dans les mises en cause de Laurent Gbagbo.

Le président Alassane Ouattara et Luis Moreno Ocampo, ancien procureur de la CPI, se sont rencontrés au moins deux fois, contrairement à ce que le premier a laissé entendre sur RFI, ce lundi 11 février 2019.

La question qui lui a été posée par Christophe Boibouvier était : « N’y a-t-il pas eu de liens très forts entre le premier procureur de la CPI Moreno-Ocampo et Nicolas Sarkozy et vous-même et que cela a abouti à l’inculpation de Laurent Gbagbo et qu’aujourd’hui il y’a des juges qui disent que le dossier est difficile à prouver ? »

La réponse d’Alassane Ouattara : « Je ne le connaissais pratiquement pas. Je l’ai eu au téléphone une ou deux fois. Je me suis même fâché une fois avec lui. Laissons la justice faire son travail ; ce serait plus simple. Pensons à ces 3 000 morts, ces ivoiriens qui ont quand même été massacrés. Nous continuons nos enquêtes pour voir quels sont ceux qui sont responsables de ces crimes ».

Cette allégation n’est pas juste. Au moins à deux reprises, le président Alassane Ouattara et Luis Moreno Ocampo, prédécesseur de Fatou Bensouda, se sont rencontrés, en attestent les images et des articles et vidéos de l’époque. 27 novembre 2011 : Ouattara reçoit Ocampo à Paris (L’Express). 1er juin 2012 : Près d’une heure de tête-à-tête Ouattara-Ocampo (RTI).

Il est difficile de maintenir la thèse du « Je ne le connaissais pratiquement pas ». L’ancien Procureur serait-il infréquentable?
Usager des paradis fiscaux, Luis Moreno Ocampo est devenu, après la fin de son mandat à la CPI, avocat du président kenyan Uhuru Kenyatta, qu’il voulait pourtant, en 2014, poursuivre pour crimes contre l’humanité .

Un scandale qui fait encore trembler la CPI sur ses bases.

By La rédaction de Mondafrique

Commentaires

PAROLE DE JÉSUS-CHRIST
Matthieu 23, 33-36 : « Serpents, engeance de vipères ! Comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la géhenne ? C'est pourquoi, voici que j'envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville en ville, pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang de l'innocent Abel jusqu'au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l'autel ! En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération ! »
Patriotes miens, l'un des enseignements de ce texte est clair : le sang versé de l'innocent retombe toujours sur son auteur : on peut conjecturer pour dire même que Dieu ne laisse pas impuni l'assassin ou le meurtrier de l'innocent.
Comprenne alors qui pourra !

La CI est tombee aux mains d'un malade mental.

" Ouattara est un menteur!" aimait dire Laurent Gbabgo aujourd'hui les faits lui donnent raison. Il ne souvient même pas comment les 3000 personnes sont mortes avec sa horte de dozo et et dit chercher des coupables

Le mossi a toujours menti et jamais ne changera parce que celui qui ment ne vit que de mensonges : c'est évidemment le cas de mossi dramagène wattra alassassin, un des très mal élevés de cette terre. Ce type, aidé par ses semblables menteurs internationaux, est parvenu à usurper le pouvoir d'État en Côte d'Ivoire, pays voisin de son burkina natal, par des immondices de mensonges.
Menteur il est né, menteur il mourra.
Criminel il est né, criminel il mourra.
Car tout menteur est également un criminel.
wattra alassassin dramagène est donc tout à la fois.