Nominations dans l'armée : Le régime Ouattara prêt à combattre Soro Guillaume sur tous les fronts

Par Ivoirebusiness - Nominations dans l'armée. Le régime Ouattara prêt à combattre Soro Guillaume sur tous les fronts.

Le Colonel Wattao, proche de Guillaume Soro, déchu de son commandement de chef de la Garde Républicaine.

Les hommes de Guillaume Soro déchus des grands commandements de l’armée

La lutte du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) contre Guillaume Soro qui a connu son point culminant le 8 février dernier, date à laquelle l'ex-président de l’Assemblée nationale (PAN) a été contraint à la démission, continue dans les casernes.
Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, chef des armées a procédé ce mercredi à de vastes nominations au sein de la grande muette. Le constat qui se dégage est clair, tous les comzones (commandants de zones) soupçonnés être proches de l'ex-PAN, Guillaume Soro sont déchus des grands commandements de l’armée.

C'est le cas pour Ouattara Issiaka dit Wattao, Chérif Ousmane, Morou Ouattara, Touré Hervé dit Vetcho (désormais à l'ENA) pour ne citer que ceux là. Ces ex-commandants qui ont joué un rôle important dans l'avènement du pouvoir de l'actuel chef de l'État sont aujourd'hui des seconds couteaux dans la grande muette.

Ce n'est un secret pour personne, depuis la rébellion de 2002 jusqu'à la prise du pouvoir de M. Alassane Ouattara dans les conditions que nous savons tous, le vrai patron de l'armée, exceptées les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui défendaient la République, c'est Guillaume Soro. Tous ces temps passés au contact des ex-rebelles devenus, ''le mirador'' du pouvoir, ont permis au député de Ferké d'asseoir son hégémonie sur l'armée.

Ces hommes lui vouent fidélité et respect. Les différentes mutineries ont permis de savoir qui est le vrai patron de l'armée ivoirienne. C'est fort de cette réalité que Alassane Ouattara a créé les forces spéciales qui sont une unité d'élite dont les éléments sont issus de la rébellion et des ex-FDS. Mais les derniers soulèvements de cette unité d'élite qu'il croyait son dernier rempart ont vite fait prendre conscience au chef de l'État qu'il n'a pas d'assise dans l'armée même s'il peut bénéficier des services de plusieurs soldats burkinabé qui ont infiltré cette armée ivoirienne.

Ainsi, avant de lancer la fatwa contre l'ex-chef rebelle Guillaume Soro, faut-il bien réduire les hommes réputés être ses inconditionnels fidèles à des postes purement formels. Allons-nous allègrement vers le déclenchement des hostilités ?

Il faut noter qu'en plus des forces spéciales qui n'inspirent plus trop confiance au chef de l'État, il aurait créé plusieurs unités d'élite dont la dernière est directement placée sous le contrôle de son petit "grand" frère, photocopie qui est aussi ministre des affaires présidentielles et patron non déclaré des services de renseignements généraux.

Source: 2cminfo.net

Commentaires

C'est une bonne nouvelle, surtout lorsqu'on fait bêtement confiance à des gens venus d'ailleurs. Soro, sorrow, sorry! Le chagrin n'est plus loin pour ces chefs de guerre.
-------------------
Moi, Dieu, Je respecte votre Libre Arbitre, et que le meilleur gagne! Mais j'aurai toujours le dernier mot. Vous vous amusez bizarrement sur une planète qui ne vous appartient pas, et vous pensez que l'univers n'a pas de propriétaire. JE SUIS DIEU.