FPI : La colle de Gbagbo à Affi N’Guessan avant toute rencontre avec lui – Ce qui se passe

Par EventnewsTV - FPI. La colle de Gbagbo à Affi N’Guessan avant toute rencontre avec lui – Ce qui se passe à Paris.

Affi N'guessan et sa délégation lors de leur embarquement à l'aéroport d'Abidjan pour aller voir le Président Gbagbo.

Pascal Affi N’Guessan n’a pu rencontrer le président Laurent Gbagbo le jeudi 21 mars 2019 comme annoncé. Arrivé mercredi matin à Paris , Affi N’Guessan, selon son entourage était parti aussitôt en Belgique où il devrait passer la nuit pour la rencontre de 10 heures, le lendemain. Mais à la surprise de tous , même de son très proche entourage, Affi N’Guessan est encore à son hôtel sis dans le 10 ème arrondissement de la capitale Française.

Selon les informations en notre possession, le président Laurent Gbagbo a plutôt demandé à son ancien Premier ministre de recevoir ses émissaires pour une séance de travail. Ces émissaires, ce sont Assoa Adou, Ahoua Don mello et Guy Labertit.

Comme sujet de travail, le président Laurent Gbagbo demande à son ancien Premier ministre de proposer une piste de sortie de crise que connait le FPI depuis le congrès de Mama. Cette proposition devant être discutée et acceptée par les trois envoyés.

Depuis mercredi nuit, les discussions ont donc débuté et se sont poursuivies toute la journée de jeudi entre le président du FPI reconnu par le pouvoir d’Abidjan et les responsables du parti, issus du congrès de Mama.

C’est seulement après cet exercice, que le président Laurent Gbagbo pourrait recevoir ensemble Affi, Assoa, Ahoua et Labertit pour évoquer les décisions qui seront prises et les engager tous à les respecter scrupuleusement.

« D’ailleurs, cette rencontre Gbagbo – Affi telle que annoncée pourrait ne pas avoir lieu » croit à notre source.

Tidiane HOULA

Commentaires

« D’ailleurs, cette rencontre Gbagbo – Affi telle que annoncée pourrait ne pas avoir lieu » croit à notre source.
Si la rencontre n'a pas lieu, le ciel ne tombera pour autant. Nul n'est indispensable à la vie d'autrui en dehors de l'Eternel Dieu.

Tant pis si cette rencontre n'a pas lieu.
Les GECI jamais n'accepteront que PAPA donne raison aux combinards.
Dans cette rencontre avec les envoyés de PAPA, TONTON doit faire valoir la légalité et la légitimité de sa présidence.
S'il n'y a pas de solution de trouvée avec les émissaires de PAPA, ONCLE peut retourner dignement au Pays.
De retour au Pays, PAPA même devra mettre la main à la tâche. Pour la réconciliation.
De toutes les façons, un congrès sera nécessaire pour départager les différents candidats.
PAPA ne devrait pas briguer le poste de Président car sa dimension n'est plus à l'échelle d'un parti mais nationale et supranationale.
C'est bien ce que je pense de ces rencontres à Paris. Car nous GECI pensons que toute rencontre entre PAPA et TONTON ne relève que d'un seul ordre : celui de la fraternité, de la solidarité et de l'amitié. Elle ne saurait donc être celui de la politique politicienne.

Tant pis si cette rencontre n'a pas lieu.
Les GECI jamais n'accepteront que PAPA donne raison aux combinards.
Dans cette rencontre avec les envoyés de PAPA, TONTON doit faire valoir la légalité et la légitimité de sa présidence.
S'il n'y a pas de solution de trouvée avec les émissaires de PAPA, ONCLE peut retourner dignement au Pays.
De retour au Pays, PAPA même devra mettre la main à la tâche. Pour la réconciliation.
De toutes les façons, un congrès sera nécessaire pour départager les différents candidats.
PAPA ne devrait pas briguer le poste de Président car sa dimension n'est plus à l'échelle d'un parti mais nationale et supranationale.
C'est bien ce que je pense de ces rencontres à Paris. Car nous GECI pensons que toute rencontre entre PAPA et TONTON ne relève que d'un seul ordre : celui de la fraternité, de la solidarité et de l'amitié. Elle ne saurait donc être celui de la politique politicienne.

Jean-Pierre Kutwa
J'ai lu quelque part qu'un prêtre d'abobo a permis à hamed bakayoko de battre campagne au cours d'une messe qu'il présidait dans cette commune.
Vu la protestation vigoureuse des paroissiens tu as été comme obligé en de pareille circonstance de demander pardon aux chrétiens de la paroisse où pendant la Sainte Office un menteur doublé d'un criminel a pu faire campagne. Qualifiant le banditisme de ce prêtre "d'erreur de jeunesse".
Mais toi tu as fait pire que ce voyou de prêtre. Alors que faisais-tu au palais présidentiel accompagné du nonce apostolique antichrist lors de la prestation de serment du burkinabé qui a massacré tant et tant des Brebis que le Seigneur t'a confiées !? Et où étais-tu pendant ces massacres ? Il paraît que pendant ce temps tout l'épiscopat était en hibernation. En même temps que le sang des chrétiens coulait à flot. Ruisselait sur tout le territoire ivoirien. Ce qui m'autorise à dire que tes semblables et toi dans l'épiscopat êtes indignes des Calottes que vous portez sur votre têtes.
Aussi avant de percevoir la poutre dans l'oeil de ce voyou de prêtre, tu ferais mieux de te préoccuper d'abord de la paille qui se loge plus dangereusement dans le sien.
Par ta présence au palais présidentiel, le mauvais nonce et toi avez pris fait et cause pour l'injustice, le mensonge, le crime, l'ignominie. Alors qu'auparavant tout l'épiscopat y compris le voyou de nonce a brillé de son absence au même palais lorsque le Digne Fils du pays, pourtant reconnu vainqueur des élections de 2010 par le Juge électoral Suprême de Côte d'Ivoire, la Cour Constitutionnelle, recevait son intronisation des mains des Magistrats de cette même Cour. Et donc pourquoi le nonce et toi avez choisi de cautionner le mal et de vous absenter lors de la prestation de serment du Président légitime et légal de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo ?
Ce que je veux dire est que tu es mal placé pour juger ce prêtre qui, à l'évidence, est un voyou. En disant à son sujet qu'il a commis une erreur de jeunesse. Cependant que toi, qui ne relèves plus de la Jeunesse, en a commis de pires en 2010-2011.
Et donc un peu de modestie et d'humilité en matière de jugement. Envers la Jeunesse malgré parfois les égarements de celle-ci.
Sache que tous les crimes que ce salopard de mossi wattra alassassin dramagène aura commis, te sont moralement imputables. Elles le sont également au nonce antichrist et au quatre évêques de l'épiscopat ivoirien dont salomon lézoutié et antoine koné. Ce dernier était le seul à ignorer en 2010 que tout le nord de la Côte d'Ivoire était plongé dans l'obscurantisme et la désolation électoraux au point de s'en prendre au camp présidentiel et aux Dignes ONGS africaines qui ont eu le courage de dénoncer toutes les injustices dont PAPA et ses Partisans sont les principales victimes.

Ca pleure. Envoyez klinex.
Hier on disait tant pis pour les refractaires sauvages veulent rester sauvages et imbeciles toutes leur vie.
Que Gbagbo savait ou se trouvait l'interet du FPI. Quil allait recevoir Judas malgre les aboiements des chiens.

Et nous les voyants on avait dit si si si JESUS recevait vraiment JUDAS cest que JUDAS avait reconnu JESUS comme son Seigneur.

Les moutons ne croyaient pas a ce quon disait.
Ils se disaient que si Judas s'est envole cest que cest boucle sinon Judas ne peut pas mentir a ce point.
Eh bien Judas a trompe encore avec sa ruse.

Il connait depuis longtemps les conditions. Il les a accepte et communique autre chose a ses zouaves.

Cest a qui la faute ?

Affi meme ne peut pas dire que cest une insulte et une humiliation et les zouaves vont dire le contraire.

Sniff ! Sniff ! Sniff ! Sniff! ! ca fait mal quoi.

Maintenant viens faire les revelations que tu detenais et vide le FPI des GOR si tu peux.
Vaurien comme ca.

PAPA GBAGBO,
Qu'est ce qui t'arrive depuis un moment !?
Depuis quand as-tu posé des conditions pour recevoir TONTON AFFI !? Dis-le donc !
Aujourd'hui il a suffi que certains commettent des erreurs, expriment des méchancetés contre TONTON aidés de NADY, pour que tu te mettes à manquer d'égard envers ONCLE. Ce qui t'oblige à poser des conditions avant de le recevoir.
PAPA, depuis quand tu as fait ça à l'encontre de TONTON AFFI !
PAPA, nous avons compris désormais le type de traitement que tu as décidé de réserver à celui qui t'a pourtant toujours respecté.
Eh bien, nous prisons le Seigneur et la Vierge pour toi. Qu'ils continuent à t'aider dans ton Combat judiciaire.
Mais lorsque tu remettras pied au Pays, ONCLE aura à te poser une question simple :
1) Te considères-tu véritablement en tant que président statutaire du Parti !?
2) Par l'affirmative, ONCLE te dira : dans ce cas, je te remets les clefs de la Maison.
Après ce dialogue, TONTON AFFI s'effacera pour d'autres occupations.
Désormais, nous qui t'aimons et qui apprécions ton discours politique, on saura que tu dis une chose pour ensuite soutenir le contraire.
Souviens-toi PAPA : tu as fait du respect des textes, un des arguments clés de ta stratégie de défense à la CPI.
Je n'en dirai pas plus.
À bon entendeur, salut PAPA !

TONTON AFFI,
Il ne faut plus jamais désirer rencontrer PAPA où que se retrouvera celui-ci.
Lorsque tu as exprimé le désir de le rencontrer à la CPI c'était juste pour lui témoigner de la solidarité vu la situation injuste qu'il vivait. Ton but n'était guère d'y aller pour faire comme tes adversaires au sein du Parti, qui s'y rendaient en quête de légitimité obnubilés qu'ils étaient de la fausse idée qu'ils se faisaient de l'amitié et de la vérité.
Au contraire de ceux-ci, parce que tu n'as jamais fait des rapports humains le cadre des relations émotionnelles, tu as toujours oeuvré en toute vérité sur la base des textes du Parti comme PAPA aime à le dire même à la CPI, ce, dans le respect de notre PRÉSI et de tous tes camarades de Parti.
Mais jamais tu n'as eu à penser un seul instant que ces mêmes camarades se montreraient si inhumains à ton encontre. Alors que tu étais privé de liberté par mossi dramagène wattra alassassin, une poignée de membres de notre Parti ont pensé qu'ils pouvaient te ravir en triturant et en contorsionnant les textes qui régissent cette Famille politique le Fauteuil sacré de Président de Parti. Parce que la majorité des militants ont protesté, ils ont été obligé de renoncer à leur entreprise de désordre au sein du notre Structure de Combat.
Dénoncés par les militants, ils ont vite fait de se vouloir inventifs et créatifs en matière d'idées. Ainsi, alors que PAPA avait déjà fort à faire à la CPI avec les comploteurs internationaux qui sont à l'origine de sa chute politique brutale, tes adversaires ne s'embarrassent pas d'ignominie et le sollicitent alors pour le mettre en conflit avec les dignes militants qui se sont vaillamment opposés à leur manigances contre ton Autorité. Jouant ainsi les diviseurs au sein du Parti. Comptant sur l'adhésion de PAPA à cause de celui qui a toujours été présenté comme étant son jumeau.
De la sorte ils ont voulu t'opposer à PAPA et compté l'emporter sur toi par l'émotion que tes palabres avec notre PRÉSI susciteraient. Mais échec : les militants, malgré ces manœuvres, ont maintenu dignement leur position face et contre les frondeurs qui ne cherchaient alors que leur propre gloire.
Aujourd'hui encore ils récidivent. Et t'attirent à Paris pour te piéger oubliant que tu n'es pas venu à la politique par la dernière pluie. Voici la trame de leur manœuvre. Un : ils se sont fait l'idée que tu voulais à tout prix rencontrer PAPA. Deux : à cause de ça, ils t'ont fait croire que PAPA voulait te rencontrer à Bruxelles. Trois : pour ce faire, ils prétendent que PAPA te pose des conditions. Or tu sais bien que notre PRÉSI ne se permettrait jamais de telles libertés contre ta personne. Parce que tu as fini par découvrir la manœuvre, tu as dit non à leur manège. Aussi tu as préféré rentrer au Pays. Ainsi tu leur as montré que tu es un Roc, et que politiquement tu es dur à cuire. Les abandonnant avec leurs mesquineries. Avec leur niaiserie. Avec une telle bassesse, comment peuvent-ils oeuvrer dignement au Bien du Pays et des Ivoiriens !?
TONTON, tu vois, je vais te dire ceci : il est plus que temps que PAPA sorte de son mutisme pour mettre fin aux comportements émotionnels des GOR qui n'honorent ni le Parti, ni le Pays, ni leurs auteurs.
L'unique voie de sortie qui s'impose moralement et raisonnablement à PAPA : suggérer une AG conforme aux textes du Parti ; permettre ainsi à tous de concourir pour le Fauteuil de président. Étant entendu que PAPA lui-même devra se mettre au-dessus du Parti.
Les militants voient tout ce qui se passe. Le moment venu, la décision leur reviendra.

TONTON AFFI,
Il ne faut plus jamais désirer rencontrer PAPA où que se retrouvera celui-ci.
Lorsque tu as exprimé le désir de le rencontrer à la CPI c'était juste pour lui témoigner de la solidarité vu la situation injuste qu'il vivait. Ton but n'était guère d'y aller pour faire comme tes adversaires au sein du Parti, qui s'y rendaient en quête de légitimité obnubilés qu'ils étaient de la fausse idée qu'ils se faisaient de l'amitié et de la vérité.
Au contraire de ceux-ci, parce que tu n'as jamais fait des rapports humains le cadre des relations émotionnelles, tu as toujours oeuvré en toute vérité sur la base des textes du Parti comme PAPA aime à le dire même à la CPI, ce, dans le respect de notre PRÉSI et de tous tes camarades de Parti.
Mais jamais tu n'as eu à penser un seul instant que ces mêmes camarades se montreraient si inhumains à ton encontre. Alors que tu étais privé de liberté par mossi dramagène wattra alassassin, une poignée de camarades ont pensé qu'ils pouvaient te ravir en triturant et en contorsionnant les textes qui régissent notre Parti le Fauteuil sacré de Président de Parti. Parce que la majorité des militants ont protesté, ils ont été obligés de renoncer à leur entreprise de désordre au sein de notre Famille politique.
Dénoncés par les militants, ils ont vite fait de se vouloir inventifs et créatifs en matière d'idées. Ainsi, alors que PAPA avait déjà fort à faire à la CPI avec les comploteurs internationaux qui sont à l'origine de sa chute politique brutale, tes adversaires ne s'embarrassent pas d'ignominie et le sollicitent pour le mettre en conflit avec les dignes militants qui se sont vaillamment opposés à leur manigances contre ton Autorité. Jouant ainsi les diviseurs au sein du Parti. Comptant sur l'adhésion de PAPA à leur démarche à cause de celui qui a toujours été présenté comme étant son jumeau.
De la sorte ils ont voulu t'opposer à PAPA et compté l'emporter sur toi par l'émotion que tes palabres avec notre PRÉSI susciteraient. Mais échec : les militants, malgré ces manœuvres, ont maintenu dignement leur position face aux comploteurs et contre ceux-ci qui ne cherchaient alors que leur propre gloire.
Aujourd'hui encore ils récidivent. Et t'attirent à Paris pour te piéger oubliant que tu n'es pas venu à la politique par la dernière pluie. Voici la trame de leur manœuvre. Un : ils se sont fait l'idée que tu voulais à tout prix rencontrer PAPA. Deux : à cause de ça, ils t'ont fait croire que PAPA voulait te rencontrer à Bruxelles. Trois : pour ce faire, ils prétendent que PAPA te pose des conditions. Or tu sais bien que notre PRÉSI ne se permettrait jamais de telles libertés à ton encontre. Parce que tu as fini par découvrir la manœuvre, tu as dit non à leur manège. Aussi tu as préféré rentrer au Pays. Ainsi tu leur as montré que tu es un Roc, et que politiquement tu es dur à cuire. Les abandonnant à leurs mesquineries. Et à leur niaiserie. Avec une telle bassesse, comment peuvent-ils oeuvrer dignement au Bien du Pays et des Ivoiriens !?
TONTON, tu vois, je vais te dire ceci : il est plus que temps que PAPA sorte de son mutisme pour mettre fin aux comportements émotionnels des GOR qui n'honorent ni le Parti, ni le Pays, ni leurs auteurs.
L'unique voie de sortie qui s'impose moralement et raisonnablement à PAPA : suggérer une AG conforme aux textes du Parti ; permettre ainsi à tous de concourir pour le Fauteuil de président. Étant entendu que PAPA lui-même devra se mettre au-dessus du Parti.
Les militants voient tout ce qui se passe. Le moment venu, la décision leur reviendra.