40e anniversaire des accords de coopération monétaire de la zone franc: Alassane Dramane Ouattara, seul chef d’Etat présent

Publié le samedi 6 octobre 2012 | IVOIREBUSINESS - Aussi bizarre que cela puisse paraître, Alassane Dramane Ouattara, chef de l’Etat ivoirien, était le seul chef d’Etat présent à la célébration du 40e anniversaire des accords de coopération monétaire de la zone franc. Il

Alassane Dramane Ouattara et Pierre Moscovici, hier à la tribune de l'ouverture 40e anniversaire des accords de coopération monétaire de la zone franc.

Publié le samedi 6 octobre 2012 | IVOIREBUSINESS - Aussi bizarre que cela puisse paraître, Alassane Dramane Ouattara, chef de l’Etat ivoirien, était le seul chef d’Etat présent à la célébration du 40e anniversaire des accords de coopération monétaire de la zone franc. Il

partageait la tribune officielle avec Pierre Moscovici, ministre français de l’Economie et Finances, et hôte du colloque.
Etaient également présents, les gouverneurs des banques centrales africaines BCEAO et BEAC et même d’anciens gouverneurs.
On notait ainsi la présence de Casimir Oyé Mba, gouverneur de la BEAC (1978-1990), de Charles Konan Banny gouverneur de la BCEAO (1990, comme intérimaire d’abord, à 2005) et ancien premier ministre de Côte d’Ivoire, d’Abdoulaye Bio Tchané ancien ministre de l’Economie et des Finances de Mathieu Kérékou, ex-président de la BOAD (2008-2011), du Camerounais Jean Nkuete, secrétaire exécutif de la CEMAC (1999-2006) économètre particulièrement brillant et proche de Paul Biya qui en a fait un ministre d’Etat, de Michel Camdessus gouverneur de la Banque de France (1984-1987) directeur général du FMI (1987-2000) et ami de Ouattara, de Sylviane Guillaumont-Jeanneney professeure émérite de l’Université d’Auvergne et spécialiste de la zone franc, de Jean-Claude Trichet gouverneur de la Banque de France (1993-2003), président de la Banque centrale européenne (2003-2011), de Christian Noyer gouverneur de la Banque de France, de Saïd Mohamed Mshangama, directeur général de l’Institut des Comores (1977-1981), pour ne citer que ceux-là.
L’absence des treize autres chefs d’Etat africains ayant en partage le Franc CFA comme monnaie hier à ce colloque de Bercy, dont le thème est « Regards croisés sur 40 ans de zone franc », est la preuve selon plusieurs analystes, du peu d’intérêt accordé par les africains à ce colloque, et d’une célébration au rabais des 40 ans du F CFA.
Par ailleurs, de plus en plus de voix s’élèvent en Afrique sur ce arrimage du FCFA l’Euro, arrimage aujourd’hui totalement dépassé, car condamnant l’Afrique à la stagnation sans croissance sur l’autel de la lutte contre l'inflation menée par la banque de France, alors que des pays comme le Ghana, le Nigeria, qui ont leur propre monnaie, attirent beaucoup plus de capitaux que les pays membres de la zone franc.

Deux tables rondes seront néanmoins organisées à ce colloque : une première consacrée à « la zone franc et le tournant des accords de coopération monétaire des années 1970 », et une seconde intitulée « De l’intégration monétaire à l’intégration économique ».
Hier lors de la cérémonie d’ouverture, Alassane Dramane Ouattara a fait une déclaration fleuve dont nous vous livrons la teneur.

Christian Vabé

ALLOCUTION DE MONSIEUR ALASSANE DRAMANE OUATTARA, CHEF DE L’ETAT IVOIRIEN AU 40e anniversaire des accords de coopérations monétaires de la zone francs

Monsieur Pierre MOSCOVICI Ministre de l`Economie et des Finances de la République française;
l Mesdames et Messieurs les Ministres des Finances de la Zone franc ;
l Messieurs les Gouverneurs des Banques Centrales de la Zone franc ;
l Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions financières ;
l Messieurs les Directeurs Généraux du Trésor des pays membres de la zone franc ;
l Honorables invités ;
l Mesdames et Messieurs ;
Je voudrais pour commencer exprimer aux Autorités françaises mes sincères remerciements pour m`avoir convié à la commémoration du 40ème anniversaire des accords de coopération monétaire de la Zone franc.
Il s’agit pour nous, à travers le thème retenu à savoir « regards croisés sur 40 ans de Zone franc », de passer brièvement en revue les réflexions que nous inspire la coopération monétaire à la fois historique, singulière et fructueuse au sein de notre Zone, à la lumière des évolutions économiques et financières mondiales.
Les accords de coopération monétaire entre la France et les Etats africains membres de la Zone franc, que nous commémorons aujourd’hui sont le symbole de la qualité et de la profondeur des liens économiques, culturels et politiques qui unissent l`Afrique à la France.
C`est au regard de ces relations privilégiées, qu`aux lendemains de leurs indépendances, les pays de la Zone franc ont fait le choix d`exercer en commun leur souveraineté monétaire, à travers la création de deux unions monétaires, l`une en Afrique centrale et l`autre en Afrique de l`Ouest, et également les Comores.
Les accords de coopérations signés le 23 novembre 1972 à Brazzaville en ce qui concerne les Etats de l`Afrique Centrale et le 4 décembre 1973 à Dakar, pour les pays membres de l`Union Monétaire Ouest Africaine, font partie intégrante de l`histoire de la France avec l`Afrique, forgée au fil des siècles et qui repose sur une vision partagée du monde et des valeurs communes.
Pour les pays membres de la zone franc, le choix d`un régime de parité fixe avec la France était justifié par l`architecture financière internationale des années 60 et 70, fondée sur le système de Bretton Woods et caractérisé par des régimes de changes fixes.
Ce choix était également en cohérence avec la prépondérance des flux commerciaux et financiers avec la France dans les échanges extérieurs de ces pays.
Enfin, pour les Etats africains, nouvellement indépendants, il matérialisait la volonté de mettre en place un régime de change et une monnaie, bénéficiant de la confiance et de la crédibilité requise auprès des investisseurs étrangers, en vue de soutenir une croissance économique forte, durable et créatrice d`emplois.
Dans son évolution, la Zone franc a su faire preuve d’ingéniosité et d’adaptation face aux défis découlant des mutations de l’économie mondiale.
Ainsi et à titre d’exemple, l’Union Monétaire Ouest Africaine, s’est transformée en Union économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), au lendemain de la Conférence des chefs d’Etat de l’UMOA, réunie à Dakar, le 10 janvier 1994.
Devant la gravité de la crise qui frappait alors l’ensemble de la zone FCFA, nous étions déterminés à amener les Etats membres à entreprendre des réformes économiques de grande ampleur, afin de susciter la relance de la croissance, avec pour objectif, à moyen terme, l’accélération du processus d’intégration économique.
Il fallait créer une nouvelle Union, qui soit plus en phase avec l’environnement régional et international, dans le cadre d’une politique commune d’intégration.
L’objectif de l’UEMOA était la réalisation d’une véritable Union douanière au sein de laquelle les personnes, les biens et les facteurs de production circuleraient sans droit et taxe à l’importation et sans la moindre restriction, avec un tarif extérieur commun en matière d’échanges avec les pays tiers.
C’est pourquoi, nous nous félicitions de la tenue de cette importante rencontre dont le thème est révélateur de l’appropriation par les responsables des institutions d’émission de la Zone franc, du principe de réflexion prospective.

Honorables invités, Mesdames
et Messieurs,

Quarante ans après leur signature, nous pouvons affirmer que les accords de coopération ont atteint leurs objectifs. Ils ont, en effet, offert un cadre de stabilité macroéconomique aux pays africains membres de la Zone franc et ils ont constitué un atout indéniable pour la consolidation des acquis du développement.
J’en connais toute l`importance pour avoir été, en tant que Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l`Afrique de l`Ouest, l`un des acteurs privilégiés chargés de la mise en ?oeuvre de ces accords. Aujourd`hui, j’en mesure davantage la portée, en ma qualité de Chef d`Etat, soucieux des aspirations et du bien-être des populations.
En matière de croissance économique, la plupart des pays de la Zone sont dans une dynamique d’accélération de la croissance, au moment où le monde connaît des difficultés, liées entre autres, à la crise de la dette en Europe, à la réduction des performances de certains pays émergents et à la faiblesse de la reprise aux Etats Unis.
Le taux de croissance du PIB dans la zone UEMOA devrait atteindre 7% en 2012, tiré notamment par le regain d’activités en Côte d’Ivoire suite à la crise postélectorale qu’elle a traversée. S’agissant de la Zone CEMAC, le taux de croissance est projeté à environ 6%, pour une croissance mondiale, revue à la baisse, par le Fonds Monétaire International, à hauteur de 3,5%. Les Comores ne sont pas en reste, au regard d’un regain de performance depuis 2008.
S’agissant de la stabilité des prix, la Zone franc se caractérise, depuis 40 ans, par des taux d’inflation moyen inférieur à 3%.
Cela a été possible grâce à l’arrimage à l’Euro et à la politique monétaire judicieuse conduite par nos Institutions d’émission. C’est le lieu de les féliciter pour la qualité du travail accompli.
Les accords de coopération monétaire ont également conféré au franc CFA une stabilité et une crédibilité avérée, réduisant ainsi les risques de spéculations et de volatilité excessive des termes de l`échange, qui ont parfois anéanti, au travers des crises de change, des décennies d`efforts de développement.
En outre, la Zone franc a montré une meilleure capacité d’atténuation de l’impact négatif des chocs exogènes et internes, qui ont affecté les économies des pays africains. J’en veux pour preuve, le constat que la Zone franc a été la région de l`Afrique où la chute de la croissance économique, du fait des conséquences de la crise financière internationale de 2008, a été la moins brutale.
C`est dire que les choix effectués par les pères fondateurs de la zone franc ont pleinement tenus leurs promesses et demeurent, aujourd`hui encore, parfaitement adaptés.
Je voudrais donc rendre hommage aux Chefs d’Etats Africains et Français successifs qui ont mis en place et supervisé la gestion de la Zone franc depuis 40 ans.
Afin que cette bonne dynamique s’inscrive dans la durée, nos Etats doivent rester engagés dans la poursuite de politiques budgétaires orientées vers l’impulsion de la croissance, tout en respectant les critères de convergence, dont le respect est gage de la stabilité macroéconomique et financière.
Je voudrais, à ce niveau, noter avec satisfaction que les problèmes structurels de viabilité des finances publiques, liés à l’endettement des pays de la Zone ont connu pour la plupart des solutions dans le cadre des mécanismes internationaux mis en place, notamment l’initiative d’allègement en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et l’Initiative d’Allègement Multilatérale (IADM).
S’agissant du cas particulier de la Côte d’Ivoire qui a atteint le point d’achèvement en juin dernier, la France a joué un rôle important, aussi bien au sein des instances internationales qu’au niveau bilatéral pour parvenir à ce résultat. Je voudrais donc profiter de cette tribune pour réitérer mes remerciements aux Autorités Françaises.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

Les indicateurs de performance traduisent une bonne tenue des économies de notre Zone. Cependant, la majorité des pays est confrontée à une pauvreté galopante et à une insuffisance d’infrastructures socioéconomiques de qualité. Cette situation est aggravée par l’impact de la hausse des prix internationaux des denrées alimentaires et énergétiques.
C’est pourquoi, il est heureux que nos pays se soient engagés dans des politiques de promotion de la production locale, d’investissement public et d’incitation à l’initiative privée, pour parvenir à l’autosuffisance alimentaire, à se doter d’infrastructures de base solides, en vue de conforter la dynamique de croissance et de réduire significativement la pauvreté.
Dans ces conditions, l’enjeu immédiat et à moyen terme de l’action publique, est de créer les conditions permettant de transformer la perspective prometteuse de croissance, en une réalité économique et sociale, pour améliorer les conditions de vie des populations et créer des emplois pour les jeunes.
Pour ce faire, la cérémonie d’aujourd’hui nous offre l`opportunité de renforcer nos convictions quant à la pertinence de la vision des pères fondateurs des unions monétaires, en approfondissant les réflexions sur l’avenir de la Zone Franc, au regard d’un certain nombre de problématiques, notamment :
l l’accès au financement par les entreprises dans un contexte de promotion de l’investissement privé ;
l l’amélioration du climat des affaires, y compris la sécurisation des opérations financières ;
l la gestion optimale des liquidités des banques ;
l la forte dépendance des économies vis-à-vis des chocs extérieurs, des ressources naturelles non transformées et des productions agricoles ;
l le projet de monnaie unique africaine à l`horizon 2028 décidée par les instances de l`OUA dans le traité d`Abuja.
Aujourd’hui, la rude compétition à l’échelle planétaire commande que les pays de la Zone franc procèdent à une évaluation rigoureuse de la coopération monétaire, pour intégrer les nouvelles donnes dans les choix stratégiques en matière de prise de décisions.
Cela est d’autant plus important que les récentes crises financières internationales et l’actualité en Europe nous obligent à être proactif, à la fois, pour résister efficacement et solidairement à des éventuelles perturbations de l’environnement mais aussi et surtout, pour tirer profit des opportunités de notre appartenance à la Zone franc.
C’est pourquoi, nous devons capitaliser sur les acquis et développer des mécanismes novateurs, pour permettre une véritable impulsion de l’activité, basée sur des institutions d’émissions plus efficaces et un système financier qui joue pleinement son rôle dans le financement des économies.
De même, nous devons ?oeuvrer à une meilleure coordination des mécanismes de surveillance, en tenant compte des spécificités de chaque sous-région.
Les perspectives économiques sont heureuses pour la zone franc au regard du potentiel insuffisamment valorisé.

Honorables invités, Mesdames
et Messieurs,

L’heure de l’Afrique a sonné parce qu’elle doit jouer un rôle majeur dans la transformation de la structure de l’économie mondiale. Les pays de la Zone franc ne peuvent rester en marge de cette dynamique, qui doit irréversiblement conduire nos Etats à atteindre l’émergence à brève échéance.
Il s’agit d’un pari à notre portée, si nous ?oeuvrons solidairement à garantir la stabilité et la paix, à promouvoir les actions de développement dans un environnement de gouvernance assaini, transparent et rassurant, avec l’appui de nos partenaires tant bilatéraux, multilatéraux que privés.
Je reste convaincu que ce grand ensemble humain, économique et financier, constitue un atout, pour nous permettre de léguer aux jeunes générations, comme un héritage fait de dignité et de fierté.
C’est sur ces mots que je voudrais clore mon propos, en réitérant mes remerciements à tous et à toutes et en souhaitant des échanges fructueux.
Vive la zone Franc, vive le développement de nos Etats.

Je vous remercie.

ALASSANE DRAMANE OUATTARA

Commentaires

il fuit ses responsabilites,il reviendra pour mettre encore des gens en prison

Mon frère, ne compte pas sur le RDR pour ça. C'est un club de soutient à Dramane. Le seul président présent à cet anniversaire. Tu vois ce que je veux dire??????

Vlà une preuve concrète coe koi, ce BOUCHER soi disant économiste, ne maîtrise rien de la finance.
C' une girouette k'on a placé en AFRIQ de l'ouest, pr voir ki fait koi , ki est avec ki et ki marche avec ki.

Il crois tjrs q, tt le monde est BURKINABE koi
ou agriculteur, à ki il doit raconter des inepties.

WATT LE RAT on te connait coe dit PATRICIA DABANY
Tu as fait tes preuves ki ont été un flop pr la COTE D'IVOIRE donc, on te reconnais.

Ton bilan q voici, laisse à desirer sur le net donc, on te re-re-reconnait

En 1990 Alassane Dramane Ouattara promet 100 jours pour redresser l’économie, il fait 3 ans et voici les résultats :

Gazage des fidèles musulmans dans les mosquées d'Abobo et d'Adjamé.
Institution de la carte de séjour qui ne rapporte que 0,1% du budget national et il affirme aujourd'hui que c'est Houphouët Boigni qui a initié la carte de séjour.
Institution du salaire à double vitesse (même travail, même fatigue, salaires différents)
Année blanche.
Suppression des cars de transports pour les étudiants handicapés.
L'opposant Laurent Gbagbo et toute sa famille emprisonnés par le premier ministre Alassane Ouattara.

Alassane Dramane Ouattara depuis 1999.
Avant le coup d’Etat de 1999 contre BEDIE, Alassane Dramane Ouattara a dit : « je frapperai ce pouvoir moribond et il tombera ». Le 24 Décembre 1999, Bédié est tombé et est parti en exil.
Alassane Dramane Ouattara est le parrain de la rébellion, qui a commis tant d’atrocités dans les familles ivoiriennes.
Des femmes enceintes violées et éventrées à Guitrozon,petit Duekoué, Man Bouaké …
Des gendarmes, des policiers, militaires , fusillés, égorgés, et / ou brûlés avec leurs enfants.
Des « danseuses d’Adjanou » violées et tuées par les rebelles.
Les baoulés chassés de leurs maisons et plantations à Bouaké, Sakassou…(dans le centre de la Côte d'Ivoire)
Le trône du royaume baoulé profané à Sakassou et la mort du roi en exil.
Les ivoiriens morts devant l’hôtel ivoire à Abidjan pour protester contre la France de Chirac qui voulait imposer le chef bandit aux ivoiriens.

Cet hoe est un espion à la solde des grandes puissances
Ses multiples voyages en st la cfirmation.

Tjrs en plein vol, pr guetter ce que font les gens chez eux et ensuite les rapporter. kel minable ce BOUCHER

Surtout q les CHINOIS frappent à ttes les portes actuellement. Ce ki donne des insomnies à cx ki vlent ns voir mourir ds la pauvreté

Kant à ZONGO et ABOU, vs ne vs rendez mm pas compte, q votre champion est une peste?
Il croyait se faire des amis là-as heun!!

Il a eu la chance q POPOL n'assiste pas à des saletés de cette nature
Sinon, une gifle de sa part, il l'aurait pris, ce traître.