CPI - La libération de Gbagbo se précise: Fatou Bensouda depuis Abidjan avoue ne pas avoir eu les preuves contre Gbagbo, et ne pas avoir vu les victimes

Par IvoireBusiness – Fatou Bensouda retourne à La Haye sans les preuves et sans avoir vu les victimes.

Abidjan (IvoireBusiness) – Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale, malgré ses efforts, n’a pas réussi à dissimuler sa colère envers les autorités ivoiriennes, lors de son deuxième séjour à Abidjan, vendredi et samedi derniers. Selon les informations en notre possession, elle s’est fait tout simplement rouler dans la farine par le régime ivoirien concernant les preuves supplémentaires contre Gbagbo, concernant les victimes qu'elle voulait rencontrer, et concernant l’affaire Simone Gbagbo.
Sur ce dernier point, sa déclaration samedi au cours d’une conférence de presse dans la capitale ivoirienne, fut une quasi-injonction au régime ivoirien à coopérer avec la CPI : “Nous ne pensons pas que les autorités ivoiriennes refuseront de transférer Mme Simone Gbagbo à la CPI. Mais aussi, selon le statut de Rome, si les autorités ivoiriennes veulent juger Simone Gbagbo ici, ils ont aussi le droit de défier le cas devant la Cour pénale internationale”, a-t-elle déclaré. Mme Bensouda a clairement réitéré son appel au gouvernement ivoirien à “exécuter dans les plus bref délais possibles”, les “demandes de coopération” de la CPI, notamment “les mandats d’arrêts et les demandes de remise à la Cour émis par les juges de la CPI”. “Cela vaut donc pour le mandat existant contre madame Simone Gbagbo ainsi que pour tout autre suspect dans l’avenir”, a-t-elle martélé. On ne peut pas être plus clair, même si pour mieux faire passer la pilule très amere aux autorités ivoiriennes, elle a aussi déclaré: « Simone Gbagbo, visée par un mandat d’arrêt de la CPI, peut être jugée en Côte d’Ivoire conformément au statut de Rome ». Vouloir juger Mme Gbagbo en Côte d’Ivoire est “une prérogative que le statut de Rome reconnait aux autorités ivoiriennes”. “Ce sera aux juges de décider si le cas est recevable devant la CPI. Vous verrez que ce fut le cas en Libye”, avec l’affaire Seïf Al Islam, a-t-elle dit.

Concernant l’affaire Laurent Gbagbo et la recherche de preuves supplémentaires, Fatou Bensouda se serait fait rouler dans la farine par le régime ivoirien. Dès son arrivée vendredi à Abidjan, elle avait effectivement planté le décor: « C’est une mission technique. » Une mission pour rencontrer notamment « ceux qui nous assistent pour trouver des informations additionnelles » dans l’affaire Laurent Gbagbo.
En d'autres termes, la procureure de la CPI est venue à Abidjan pour chercher des preuves contre le Président Laurent Gbagbo, preuves promises par le régime ivoirien et manquant cruellement au dossier d'accusation. Les juges de la Cour lui ont dit le 03 juin dernier de revoir sa copie et d'apporter des preuves supplémentaires pouvant étayer ses accusations contre Laurent Gbagbo.
Ces juges on se le rappelle, n’ont pas voulu se prononcer sur la confirmation des charges contre le Président Laurent Gbagbo, car ils avaient estimé que les preuves présentées par la procureure n’étaient pas suffisantes et lui ont demandé de les compléter. Fatou Ben Souda est donc venue à Abidjan pour chercher les preuves complémentaires, et rencontrer les victimes ou associations de victimes. Et selon nos informations, aucune preuve supplémentaire n’a pu être réunie par les autorités ivoiriennes à son arrivée, de même qu’aucune victime ou association de victime n’a pointé le nez devant elle, ce qui a eu le don de l’irriter à l’extrême. C’est donc bredouille que la procureure de la Cpi est retournée à la La Haye après avoir passé 48 heures sur les bords de la lagune ébrié.
Pire, Fatou Bensouda n’a pas du tout goûté l’absence de Ouattara à son arrivée en Côte d’Ivoire. Il était étrangement à Lomé au Togo en réunion de la CEDEAO. Pourtant, sa venue à Abidjan était prévue de longue date, et la rencontre avec le chef de l’Etat était prévue dans son agenda.
Selon nos informations, Alassane Ouattara, dont la volonté de coopération avec la CPI est de plus en plus remise en cause, aurait décidé de prendre ses distances avec la désormais très gênante procureure de la CPI, et aurait de laisser son ministre de la Justice Gnénéma Coulibaly, et sa collègue de la solidarité, de la famille, de la femme et de l`enfant, Anne Désirée Ouloto, la recevoir.
Echec et mat pour Fatou Bensouda à Abidjan qui a avoué n’avoir pas eu les preuves recherchées. Cette dernière, qui joue sa carrière et dont la crédibilité est gravement mise en cause, a exigé du solide de la part des autorités ivoiriennes. Ceux-ci ont préféré la lâcher "en plein vol", car devenue un peu trop exigeante et moins docile comme lors de son premier voyage à Abidjan où elle prenait pour argent comptant, tout ce qui venait du régime Ouattara concernant Laurent Gbagbo.
Comme on le voit, la LIBÉRATION DE LAURENT GBAGBO SE DESSINE A L'HORIZON. Les preuves supplémentaires tant attendues par les juges de la CPI viennent une fois de plus de manquer à l'Appel. Ces derniers n'auront plus d'autre choix que de prononcer la rélaxe pure et simple de Laurent Gbagbo. Me Emmanuel Altit s'était dit confiant il y a peu, sur la libération de son client, avant la fin de l'année 2013. Avec le terrible revers de Fatou Bensouda à Abidjan, la libération de Laurent Gbagbo avance à pas de géants.
Nous y reviendrons.

Eric Lassale avec Parice Lecomte

Commentaires

nous on a des preuves des crimes de Ouattara et sa rebellion les films de leurs atrocités existent .se sont eux qui ont tué les ivoiriens et non Gbagbo le président démocratiquement élu par le peuple ivoirien.

héééé pardonez moi meme je n'aime pas gbagbo mais pardonnez agissez au nom du droit si vous n'avez pas de preuves contre lui pardonnez liberez le

A tous les Ado rateurs de l'imposteur et de ses comparses ... se rappeler la 'monstrueuse manifestation' d'il y a quelques semaines des victimes de notre cher Président Laurent Gbagbo ...une manif de quelques dizaines d'individus ... rappelez vous les affirmations du RDR qui clamait haut et fort qu'il avait des milliers de preuves contre notre cher Président Laurent Gbagbo ... hélas ! il doit y en avoir tellement que la pauvre procureur de la CPI ne sait plus lesquelles choisir pour les envoyer à La Haye ...
Bientôt le retour de Notre Cher Président Laurent Gbagbo ! ! !

salut à tous ,attention restons calme et dans la prière, ne mettons pas la charrue avant les bœufs, ne sous estimez pas la capacité de nuisance
de ses organisations mafieuses dont la cpi qui veulent que ce qui est blanc devienne noir à tout prix, ils savent que c'est eux(la france et l'onu) et ouattara qui sont responsable des crimes en cote d'ivoire, mais ils veulent condamner quand même l'innocent qu'est le president gbagbo, c'est le moment de doubler de vigilance et de manifestation, il ne faut pas les lâcher.

-faux pas rever, merci pour cette réaction !!
-il faut toujours être vigilant avec cette "communauté inter" qui a tjrs raison, mais jamais tort...
-l'être humain que ce soit individuellement ou dans le cadre d'une organisation, peut reconnaître qu'il s'est trompé sur telle ou telle décision, s'il est un être normal...
-Voilà une "communauté inter" qui s'est engagée dans une démocratisation canonnière des peuples arriérés: en Irak, en Afghanistan, en Somalie, en Libye, en Côte d'Ivoire, etc.
-La logique voudrait que ces "civilisés" fassent à un moment donné le point sur les objectifs assignés(c'est-à-dire la "démocratisation" des pays victimes de leur droit d'ingérence)...Non, ils continuent en voulant "démocratiser" par les mêmes méthodes la Syrie et je ne sais quel autre pays sur la liste.
-Attendons les actes concrets d'abord !!!

La CPI est un tribunal colonial au service du blanc , français ou américain...Ouattara, qui sert surtout les intérêts du français , sait que Bensouda et sa clique n'ont aucune valeur , alors cette connasse qui pensait jouer au juge , dans cette cour grotesque blanche , se retrouve comme une imbécile , a être humilié par le grand serviteur du blanc , j'ai nommé Mossi Ouattara!...Ouattara n'agira que sur injonction de son chef blanc français , actuel Hollande...Il n'en a rien à foutre de la négresse Bensouda , elle et lui ne sont que des serviteurs des blancs...Donc si bensouda avait vraiment autre chose a faire que se balader en avion , elle aurait dut se rendre à paris pour demander à Hollande de dire a son boy Ouattara d'apporter les preuves qui n'existent m^me pas , bien que la racaille française est très capable d'en fabriquer sur demande!

tu rumine la même haine qui fera de toi un torchon qui n'aura pas sa place sur une table dressé pour les cafards . tu es devenu une icône hégémonique dans cette classe des brebis galeuses .le mieux serai d'avoir un minimum de discernement dans tes fonctions de juriste pour la vie de tes enfants si tu en as

Chers amis, je sens à travers vos réponses à mister abou, que vous êtes énervés. rendez-vous compte: c'est ce qu'il recherche. Et il est satisfait parce qu'il sait qu'à chacune de ses publications, il fera mouche. Sinon après tout ce qu'il a lu comme commentaire, s'il était normalement constitué, il reverait ses positions ou il n'apparaitrait même plus sur ivoirebusiness. Mais en lui répondant, de surcroit dans l'énervement, vos intentions envers lui ( et bien d'autres hein) l'effet inverse. Ca le rend plus confiant car vous lui apportez de l'eau à son moulin. Un conseil, si je puis me permettre: IGNOREZ-LE. ah, kessia??!!!??...

abou la il est fou

bensouda, en 2 jours tu veux trouver quoi comme preuve? hein? cherche encore gros cui, cherche.
moi je sais où se trouvent ces preuves, viens chez moi je vais te montrer. avec ton balèze cui là, huuummmm, je te l'exploserais un jour, compte sur moi...