Afrique: "Le FCFA nuit au developpement des pays africains", selon l'économiste Kako Nubukpo

Par France24 - Afrique. "Le FCFA nuit au developpement des pays africains", selon l'économiste Kako Nubukpo.

© Issouf Sanogo, AFP | Le Franc CFA, utilisé dans 15 pays africains, est à parité fixe avec l'euro. Pour ses détracteurs, il freine le développement des pays qui l'utilisent.

Le franc CFA nuirait au développement des pays africains qui l’utilisent, selon l’économiste et ancien ministre togolais Kako Nubukpo. Une opinion de plus en plus répandue sur le continent.

Utilisé depuis 1945 dans 14 États d’Afrique subsaharienne, le franc CFA a aujourd’hui de nombreux détracteurs sur le continent. Plusieurs dirigeants ou spécialistes, dont le président tchadien Idriss Déby Itno, voient dans cette monnaie, à parité fixe avec l’euro, un frein au développement.

La critique de l’ex-franc des colonies françaises d’Afrique, devenu aujourd’hui franc de la Communauté financière en Afrique pour la zone UEMOA (Afrique de l’Ouest) et franc de la Coopération financière en Afrique pour la Cemac (Afrique centrale) est au cœur du livre de Kako Nubukpo, "Sortir l’Afrique de la servitude monétaire". Invité sur le plateau de France 24, l’économiste et ancien ministre de la Prospective du Togo ne mâche pas ses mots sur ce qu’il qualifie "d’outil de la servitude volontaire".

Échanges très faibles

Selon lui, l’usage de cette monnaie, produite en France et garantie par le Trésor français, pose quatre problèmes principaux. Il constate d'abord que les échanges entre économies de la zone franc sont très faibles, à 15 % (contre 60 % pour l’Union européenne). Ensuite, qu’une monnaie arrimée à l’euro, et donc trop forte pour l’économie locale, empêche la compétitivité, car "elle agit comme une taxe sur les exportations et une subvention sur les importations". Ainsi, en dehors du cas notable la Côte d’Ivoire, premier exportateur mondial de cacao, "toutes les balances commerciales des économies de la zone franc sont déficitaires", affirme l’économiste.

De plus, les économies de la zone, où les banques rationnent les crédits et prêtent très peu, sinon avec des taux très élevés, souffrent de sous-financement chronique, ajoute-t-il, dénonçant les États qui ne se préoccupent pas suffisamment de croissance économique, préférant se concentrer sur la lutte contre l’inflation.

Kako Nubukpo surenchérit avec "l’absurdité" de l’existence de deux zones franc distinctes pour le franc CFA (UEMOA et Cemac), obligeant au changement de billets lors du passage d’une zone à l’autre.

D’autres acteurs, comme le mouvement panafricain "non au franc CFA", fustigent la monnaie et son principe de liberté de circulation des capitaux "qui facilitent le rapatriement des capitaux africains vers la Suisse et la France". Le président tchadien Idriss Déby Itno réclame de son côté que le franc CFA devienne une monnaie souveraine pour les États qui l’utilisent et donc indépendante du Trésor français. "Le franc CFA est certes un facteur d’intégration très important, mais nous n’avons pas la possibilité de placer ne serait-ce qu’une partie de nos ressources dans le circuit bancaire pour qu’elles génèrent des intérêts. Les sommes en jeu se chiffrent en dizaines de milliards", déclarait-il en février à Jeune Afrique, en opposition avec le président ivoirien Alassane Ouattara, qui loue cette devise et la garantie de stabilité qu’elle offre.

Démographie galopante

"Avoir une monnaie plus flexible pourrait permettre d’avoir des marges de manœuvre", défend Kako Nubukpo. De quoi apporter des solutions plus pérennes à une population jeune et dynamique qui "a besoin d’activité, de crédit et d’emploi".

Pour l'ancien ministre, "l’émergence de l’Afrique [doit passer] par la reconquête des instruments de sa souveraineté économique", libérée des critères de convergence imposés par le FMI et la Banque mondiale et de la "parité rigide avec l’euro".

Idriss Déby Itno rappelle dans un entretien au Monde que l'ancien président français François Hollande "était ouvert à une renégociation", qui ne peut avoir lieu qu'avec l'accord des quatorze pays de la zone CFA, "pour que le Trésor français ne nous gère plus".

Lire la suite sur...http://www.france24.com/fr/20170810-franc-cfa-outil-servitude-volontaire...

Commentaires

L'économiste Kako à propos de la sortie du système du FCFA :" nous n'avons pas le choix parce que la jeunesse africaine qui monte voudra être au commande un jour ". Bien dit cher professeur ! Cette nouvelle génération africaine est plus que clairevoyante et n'a nullement l'intention de se laisser duper à travers un système avilissant et abominable d'escroquerie à outrance qu'est le FCFA . Si ce système est si efficace pour générer de la croissance , comme veut nous faire avaler le pseudo économiste Alassane Ouattara , pourquoi la France ne l'applique t-elle pas afin que son économie chaotique se relève ??????

LA CRYPTO MONNAIE OU LE CHEMIN SÛR VERS L’EMMERGENCE
En Décembre 2016, 1 bitcoin valait 630000fcfa ($900), aujourd’hui en Aout 2017 1 bitcoin vaut 2660000fcfa ($3800). Si quelqu’un avait acheté 1 bitcoin en décembre 2016 il aurait réalisé aujourd’hui un bénéfice de 2000000fcfa. N’est-ce pas un bon investissement ça ? Mais les spécialistes affirment qu’un bitcoin vaudra 7000000fcfa soit $10000 en décembre 2017. Alors pourquoi faire de la résistance face à cette crypto monnaie qui nous donne beaucoup de possibilité de nous épanouir que beaucoup d’autres solutions à ce jour. Je vous rappelle que les banques et les assurances nous font un taux de 3.5% sur notre épargne en une année.
Demandez à quelqu’un aujourd’hui de se prendre un bitcoin à 2660000fcfa c’est presque lui demander de ne pas investir quelque centime que ce soit. Et pourtant notre objectif est d’intéresser tout le monde à l’usage de la crypto monnaie. La crypto monnaie à ce jour est le secteur le plus sûr pour les uns et les autres de se faire du sou et beaucoup de sous.
Afin de permettre à tous d’obtenir quelques bitcoins sans dépenser beaucoup de sous, nous avons fait le choix de proposer une plateforme de dons de bitcoins de membre à membre. A l’aide de cette plateforme nous pourrons récolter 120 bitcoins, sachant qu’un bitcoin vaut à ce jour 2660000fcfa. Et cette plateforme c’est : BTCHAMP.
Comment fonctionne BTCHAMP ? Le BTCHAMP est d’abord une plateforme de don de membre à membre. Pour participer à cette opération nous devons d’abord nous inscrire et valider nos trois premiers niveaux avec un montant de 25000fcfa payable une seule fois. Après le paiement et ayant atteint du coup le niveau 3, nous avons l’obligation de commencer à bâtir notre réseau en invitant au moins 2 amis, frères ou toutes personnes désireuses de se soustraire de la précarité.
A partir de cet instant chaque nouvelle personne à l’obligation de coopter 2 nouvelles personnes.
A quel moment nous gagnerons de l’argent ? A 6 personnes dans notre réseau nous aurons déjà empoché la somme de 10 milles ; à 14 personnes dans notre réseau cela nous fera la somme de 50 milles ; à 30 personnes nous aurons empoché la somme de 500 milles et 9 millions quand nous auront 900 personnes dans notre réseau et 220 millions de francs quand nous aurons juste 61000 personnes dans notre réseau.
Comment et quand récupère-t-on notre argent ? A l’instant où nous sommes payés nous pouvons disposer de notre argent qui est logé dans notre propre compte en dollars. Alors nous avons la possibilité de les vendre à des particuliers ou des entreprises comme WARREN HILLS, JAPMARKET, AFRIEXCHANGER, E-MONEY et bien d’autres encore.
Pourquoi s’inscrire à BTCHAMP et pas autre plateforme ?
• Coût d’accès moins cher et en un seul paiement soit 25000fcfa
• Paiement en bitcoin, du coup nous permettant non seulement d’obtenir des bitcoins mais et surtout profiter de la montée de la valeur du bitcoin pendant qu’il est sur notre compte.
• Moins de parrainage à faire : 2 par personne
• Paiement de membre à membre excluant du coup toutes possibilités de nous faire arnaquer
• Plateforme sûre à 100%
• Grand retour sur investissement car pour 25000fcfa investi nous nous attendons à au moins 200 millions.
Alors pourquoi hésiter encore ou du moins pourquoi avoir encore des appréhensions ? Tout ce que nous avons à faire c’est d’appeler au 0022504633942 ou écrire à reussirsurlenet1@gmail.com pour notre inscription ou la faire à partir de ce lien : https://btchamp.com/ref/675844a23f/register