Caisses supposées trouvées chez Soul to Soul: Et s'il s'agissait des caisses vides issues de la casse de la BCEAO en 2002 ? Par Dapa Donacien

Par Ivoirebusiness/ Débats et opinions - Caisses supposées trouvées chez Soul to Soul: Et s'il s'agissait des caisses vides issues de la casse de la BCEAO en 2002 ?

K. DAPA Donacien.

Au lieu d'avaler les prétentions distillées depuis Bouaké, et si l'on réfléchissait autrement afin de se poser les bonnes questions?

3 hypothèses sont possibles sur l'origine des caisses supposées avoir été découvertes chez un certain "Soul To Soul", de son vrai nom Souleymane Kamagaté, l'un des fescistes des plus violents, à l'époque où nous étions sur la FAC. L'opinion publique estudiantine de l'époque retient l'image d'un homme plus violent que l’addition de Soro Guillaume et Charles Blé Goudé. Souvenir pour souvenir, Doumbia Major, Soul To Soul, Damana Adia Pickass (mon délégué d'amphithéatre) représentaient l'aille dure de la Fesci, à laquelle l'on pourrait ajouter Koné Ladio dit "Sankara". Ce rappel historique juste pour signifier que notre intention n'est ni de dédouaner ni d'accuser l'homme, sur le compte duquel "radio treichville" (la rumeur) attribue la détention d’armes de guerre et de munitions à domicile, en toute illégalité.

Selon les même sources, l'homme serait Directeur du Protocole du Président de l'Assemblée Nationale, M. Guillaume Soro.

L'on nous brandit des caisses vides, supposées avoir contenu des armes. Qui a découvert lesdites armes et qui s'en est servi ? Les mutins ? Les chefs militaires ? Les populations civiles ? Les militants de partis politiques ? D’où proviennent les armes curieusement toutes neuves que maniaient les mutins ?

Après le retour en caserne des mutins consécutivement au "deal" conclu entre eux et le ministère de la défense , à qui revient la garde desdites armes, présumées provenir desdites caisses ?

Et si ces caisses vides étaient plutôt des caisses issues de la casse de la BCEAO de Bouaké en 2002 ou 2003?

Trêve de spéculation pour réfléchir. Même si les militaires donnent la nette impression au citoyen et à l'opinion publique internationale d'avoir chipé le pouvoir dans les mains du président de la république, depuis janvier 2017, il nous est quand même permis de réfléchir, d'autant plus que la réflexion est gratuite.

Une enquête, digne et vraie, mettrait toute la population, (souffre-douleur des mutineries à répétition), à l’abri des humeurs d'une certaine mafia qui s'incruste en renforçant ses piliers, au point de démontrer en trois occasions, sa capacité à se déferler, instantanément et intégralement, sur l'ensemble du territoire nationale, faisant fi de la hiérarchie militaire et du pouvoir exécutif.

Et la plus grande inquiétude, c'est qu' à chaque fois, le virement de millions sur leurs comptes bancaires n'est jamais conditionné par le retrait systématique de leurs armes.

Pour ceux qui pensent que c'est en gâtant cette catégorie de citoyens qu'on réussira à la mettre à sa place, qu'ils s’imprègnent des principes du leadership qu'enseigne le Général americain Colin Powell:

« Le jour où vos soldats ne vous parlent plus de leurs problèmes, vous avez arrêté de les diriger. Soit, ils n’ont plus confiance que vous pouvez les aider , soit, ils ont fini par conclure que vous ne vous préoccupez pas pour eux. Dans l’un ou l’autre cas, c’est un échec de votre leadership ». Colin Powell.

L'autre question encore plus intrigante, c'est le caractère statique du fameux nombre de 8400 "récipiendaires de la légion d'honneur" de notre armée.

C'est à croire que les membres de ce cercle recensés et dénombré comme tel à l'époque n'ont jamais été concernés par le taux de mortalité annuelle en Côte d'Ivoire.

Enfin, j'oubliais que nous sommes tous soumis, sans exception, au braquage et au dictat de cette légion d'honneur, au nombre non évolutif de 8400 braves hommes, qui n'ont fait que couler les larmes des populations depuis janvier 2017 et l’économie qui ambitionne d'être émergente dans moins de 3 petites années.

Que le politiquement correcte nous contraigne au silence ou pas, la Côte d'Ivoire (dans toute sa diversité politique et ethnique) doit regarder courageusement en face ce monstre naissant et trouver les remèdes les plus efficaces, en cessant la politique de l'autruche, car « Un problème n’a jamais cessé d’exister parce que quelqu’un a décidé de l’ignorer », Dr Roger KAUFMANN, lu dans l'ultime Bible du Leadership.
Parti (s) au pouvoir, partis dans l'opposition, Assemblée Nationales, personne n'a le droit de se soustraire à l'éradication du mal commun.
Aussi exact que notre mémoire s'en souvienne, nous pensons avoir retenu, d'une personnalité de premier plan du gouvernement actuel, ceci datant d'une dizaine d'années à ce jour.
"Nous n'allons jamais accepter que de notre pipi sorte un caïman pour nous avaler" . Et c'est le cas de le dire,en joignant l'acte à la parole.
Et nous pensons que le meilleur service que nous pourrons rendre aux "récipiendaires de la légion d'honneur", c'est de les encourager, sans rancœur de notre part, à démissionner de l'armée pour devenir des hommes d'affaires avec les 12 millions qu'ils auront perçus.
C'est la seule manière soft d'éviter le clash d'avec un gouvernement qui aurait le sentiment d'avoir été humilié d'une part, et d'autre part, d'avec les quolibets d'une population qui a perdu toute confiance en cette armée, version 8400 hommes abonnés à la mutinerie cyclique.

Par K. DAPA Donacien
Chroniqueur Indépendant
dapadonacien@yahoo.fr

Commentaires

Oui pourquoi mokochi ne commence par les enquetes et perquisitions sur les casses de la BCEAO ?
Qui a casse les agencies de la BCEAO ?
C'est par la il faut commencer si tu dis que tu ne toleres pas l'impunite.
Et le massacre des refuges wes ? Ou en est l'enquete ?
Tchruuuuuuuur Tchruuuuuuuur

Voici ce que disait Machiavel en 1515 sur les prince qui prenne le chemin de ouattara:
<<Le prince dont le pouvoir n'a pour appui que des troupes
mercenaires, ne sera jamais ni assuré ni tranquille ; car de telles
troupes sont désunies, ambitieuses, sans discipline, infidèles,
hardies envers les amis, lâches contre les ennemis ; et elles n'ont
ni crainte de Dieu, ni probité à l'égard des hommes. Le prince
ne tardera d'être ruiné qu'autant qu'on différera de l'attaquer.
– 53 –
Pendant la paix, il sera dépouillé par ces mêmes troupes ; pendant
la guerre, il le sera par l'ennemi.
La raison en est, que de pareils soldats servent sans aucune
affection, et ne sont engagés à porter les armes que par une lé-
gère solde ; motif sans doute incapable de les déterminer à
mourir pour celui qui les emploie. Ils veulent bien être soldats
tant qu'on ne fait point la guerre ; mais sitôt qu'elle arrive ils ne
savent que s'enfuir et déserter. >>

Des caisses vides provenant de la casse de la BCEAO chez Soul pour en faire quoi?
Il n'y a pas trois sources. La vraie source c'est que des ennemis de Soro ont déposé des caisses à cet endroit au moment opportun.
Dieu est le maitre des temps et des circonstances.
Imaginons un seul instant que le pouvoir passe de mains. Celui qui sera au pouvoir va gérer des mutineries à répétition car des armes sont encore dissimulées dans les maisons ou dans les broussailles. Ceux qui ont présenté des faux porte paroles des soldats au Président Ouattara pour renoncer à leur prime (prime de qoui?) sont les vrais responsables de cette crise et de cette machination pour distraire le Président et Son peuple. Monsieur le Président, frappez fort autour de vous.