Côte d’Ivoire/Sangaré Aboudramane clarifie tout sur Affi N’guessan: « Il n’y a pas de tendance au FPI ».« Oulaye, Lida, Assoa… en prison, c’est le fait d’Affi »

Par IvoireBusiness - Côte d’Ivoire/Sangaré Aboudramane clarifie tout sur Affi N’guessan « Il n’y a pas de tendance au FPI ».« Oulaye, Lida, Assoa… en prison, c’est le fait d’Affi ».

Le Président du FPI, Sangaré Aboudramane, a tenu une conférence de presse le 15 février 2018 à Abidjan-Cocody.

Lors de sa conférence de presse du jeudi 15 février 2018 à Abidjan, le président du front populaire ivoirien Aboudramane Sangaré, est revenu sur la question Affi N’guessan, mettant les points sur les i d’une manière on ne peut plus claire.
Question d’un journaliste : En terme stratégique, envisagez-vous une collaboration avec la tendance Affi dans le sens électoral ?

Réponse d’Aboudramane Sangaré : « Messiers les journalistes, il n’y a pas de tendance Fpi. Quand on pose le problème d’Affi, je suis le premier attristé. Parce que les camarades du Fpi m’ont fait confiance. Et puis Affi a pu marcher comme ça ! C’est moi qui aie calmé les militants du Fpi. Et j’ai demandé de tout faire pour lui faire confiance. Parce que je continuais à lui faire confiance. Mais le Fpi, ce sont les textes aussi. On m’appelle le Gardien du temple. Mais les véritables gardiens du temple sont là ! Ce sont les membres du Comité de contrôle. Nous avons les statuts et le règlement intérieur. Le Fpi, sur cette affaire, a fait un large débat démocratique. Malgré tout ça Affi s’assoit tout seul pour mettre en place un Secrétariat général. Il touche même à des symboles comme Akoun ! Qu’on le veille ou pas, quand même en Côte d’Ivoire, Laurent Akoun c’est un symbole du militantisme et du syndicalisme. Il touche à tous les symboles et on regarde faire. Il nomme un représentant du Fpi à la Cei, mais on regarde faire. Il va au Comité central où il est mis en minorité. Mais il dit : « non, je maintiens ma décision ». C’est quel Fpi çà, qu’on ne connait pas ? Les camarades, courageusement, en fonction de la ligne qu’on s’est donné, se réunissent le jeudi 5 mars 2015, en Comité central extraordinaire, sur la base de nos textes. Ils me font l’honneur et l’amitié, alors que je n’étais même pas là puisque j’étais aux assises, en me demandant d’assurer l’intérim en attendant un Congrès du parti. Le 30 avril 2015, nous sommes allés à Mama. Où nous avons tenu le Congrès extraordinaire. Puisque (certains) voulait tourner la page de Laurent Gbagbo, nous avons intronisé Laurent Gbagbo. A Mama, on a mis en place une nouvelle direction. (Ils ont) voulu voler l’espérance, nous avons refusé. Nous avons repris le droit en l’avenir. Et après cela, (ils disent) qu’on est des frères. Or un frère ne peut pas écrire au ministre de l’Intérieur pour demander de mettre des frères en prison. Si c’est ça la fraternité, je le regrette ! Oulaye en prison, c’est le fait d’Affi. Lida en prison, c’est le fait d’Affi. Assoa Adou en prison, c’est le fait d’Affi. Les jeune Koua Justin et Dahi Nestor qui viennent de sortir de prison après 30 mois c’est le fait d’Affi. Chers amis, le socialisme, c’est la solidarité et le partage. Je ne peux pas comprendre cela. Les amis, je vais vous le dire, l’union pour l’union, moi je n’y crois pas. L’union ne se déclare pas en disant : «ne nous divisons pas». L’union est confiance. L’union n’est pas méfiance. L’union c’est la vision partagée. L’union sans la vision partagée est faiblesse. L’union dans la vision partagée est force. On a notre ligne indépendantiste et souverainisme. Certains disent : «Non, ce sont les Blancs qui font les chefs d’Etat en Afrique. Le peuple, je m’en occupe après ». Mais le Fpi ne peut pas parler comme ça. Donc, ne pensons pas que, forcement, en mettant le bon grain et l’ivraie ensemble, ça va bien. On a toujours séparé le bon grain et l’ivrai. Et puis nous avons un dénominateur commun au Fpi. Quelqu’un à qui on ne doit pas parler n’importe comment. On ne peut pas toucher à Laurent Gbagbo n’importe comment au Fpi. Alors quand à Abengourou, M. Affi N’guessan nous dit et je le cite : «Laurent Gbagbo est dans un cercueil qu’on conduit au cimetière. Je ne comprends pas que certains orphelins s’accrochent désespérément au cercueil en sachant bien qu’il va être enterré. Pour moi on ne fait pas la politique avec l’émotion. On doit être capable de dépasser les émotions et avoir le courage de tourner la page quand c’est nécessaire pour continuer la lutte.», chers amis, moi je suis dans l’émotion. Je suis socialiste. Un socialiste qui ne s’émeut pas n’est pas socialiste. Aujourd’hui, on parle de droit humanitaire. En 1864, quand Henri Dunant est parti sur le terrain à Solferino, c’est à partir de là qu’il a donné naissance au droit humanitaire. Aujourd’hui c’est lui le fondateur de la Croix rouge. C’est parce qu’il y avait de l’émotion. Et puis Senghor dit que «l’émotion est nègre», et comme moi je suis nègre je suis donc émotion. Même le président Laurent Gbagbo pour qui nous avons tant de respect et de considération a été mis en minorité au Fpi et il s’est incliné. Si un Congrès fait quelque chose, seul un Congrès peut défaire ce qui a été fait. Je ne suis donc plus rien dans ce dossier-là. Il y a Comité de contrôle, on peut le saisir. Ce que j’ai pu faire, c’est qu’au Congrès de Mama, on est venu me présenter une liste de personnes à exclure. J’ai dit non, les camarades-là laissez les, ils peuvent revenir. Seul Affi a créé un problème. Lui-même a dit qu’il a dérangé quelque chose. S’il ne peut pas arranger ce qu’il a dérangé, c’est son problème. Donc il faut exclure Affi, pas les autres. Ils savent comment revenir. Mais de grâce il n’y pas deux Fpi. Il y a peut-être le Fpi de Ouattara et le Fpi de la Côte d’Ivoire (applaudissement). Quand je vais sur le terrain le peuple ne me demande pas pourquoi je ne viens pas avec Affi. Le peuple est là. Il ne m’attend pas parce que je suis Sangaré. C’est parce que je représente Laurent Gbagbo. Le problème de logo et autre, pour moi c’est sur le terrain qu’on règle cela. Ouattara peut choisir son Fpi, mais nous savons que nous sommes dans le cœur des populations de Côte d’ivoire (applaudissement). Il faut aller de l’avant. Nous sommes les enfants de «devant dougou» et nous allons de l’avant. »

Sangaré Aboudramane
Président du FPI

Commentaires

Ouattara a son FPI dirige par Affi qu'il a choisi.
Et nous on a le FPI Gbagbo.
Quand Sangare va sur le terrain personne ne demande apres Affi le president version ouattara.
Quand les populations sortent beaucoup beaucoup pour accueillir Sangare, ce n'est pas Sangare qu'elles accueillent. C'est gbagbo qu'elles voient en Sangare.
C'est le nom Gbagbo qui deplace ce monde.
Ca C'est l'humilite faite homme.

Toi Affi des que tu as vu des foules derriere toi tout de suite tu as pense que ton heure avait sonne. Il fallait enterrer Gbagbo vivant pour realiser son reve.
Des cet instant, nous lui avons retire le maillot Gbagbo qui attirait le monde.
Et tout a coup soudainement, Affi a realise comme une fourmi tombee du fromager qu'il n'etait rien du tout et que C'est le fromager qui le rendait geant.

Demandes à ton Sang-égaré pourquoi il fuit et rejette le vrai Congrès du FPI qui est celui de la clarification et de la vérité proposé par ONCLE !
Parler, parler, parler, voici le fort de Sangaré et ses têtes brûlées !
TONTON s'impatiente à les affronter au saint Congrès afin que tout le monde sache ce que chacun vaut dans le Parti.
ONCLE, lui , est Morale.
TONTON n'est pas comme le faux patriarche et sa bande de vociférateurs malfaisants.

Face à ONCLE,
Sangaré et sa bande de têtes brûlées ne sont que trouillards, c'est pourquoi ils fuient le Congrès de la clarification et de la vérité !
Ce qu'ils ont voulu faire à TONTON pendant que ONCLE était privé de liberté par mossi ouattara est proprement immoral : à cause du goût du pouvoir, "putscher" contre son propre président de Parti pendant qu'il est privé de liberté, souffrait de maltraitance, ça ne relève pas de la Morale Divine ça, mais du Diable.
Jésus-Christ a utilisé la sainte Base militante du Parti pour faire échouer l'entreprise machiavélique.
Quelle perfidie ! Il faut en avoir vraiment la morale satanique quoi !
Ayant donc échoué lamentablement, ils vont prendre notre PAPA national en otage pour les laver de leur honte. Alors que notre PRESI a beaucoup à faire à la CPI face aux ennemis de la vérité : c'est dire qu'ils n'avaient vraiment pas le moindre sentiment de compassion pour l'ÂME et l'ESPRIT politiques de la Côte d'Ivoire. PAPA GBAGBO.
Pitié !!! Ce, à cause de leur amoralité ou de leur immoralité.

je suis ému par ton commentaire tellement vrai, on dirait qu'il t'a été révélé. tu as mon pouce Bleu. Ce Affi là ce prend pour qui mm, à vrai dire cette image de Gbagbo dans le cercueil, c'est de lui mm qu'il parle sans le savoir, car il sera seul comme un ver de terre

AFFI est un traitre qui doit être chassé du FPI

ONCLE AFFI,
Je juge convenable d'instituer une journée dans l'année pour commémorer la disparition héroïque des Patriotes ayant tombé au Front de la lutte pour la Dignité de l'Ivoirien et de l'Africain, dont BIG BEN, un de nos frères aîné qui a désigné son meurtrier avant de nous dire bravement "à Dieu".

...

super!

Kiakiakiakiakiakia

Donc Affi dit qu'il a derange derriere les rideaux et joue au dur dehors en clamant qu'il a ete chasse a cause de son ethnie.
Donc c'est vrai que AFFI a viole les textes et regles du parti pour en faire a sa guise ?
A Abengourou, il a vu Gbagbo ds le cercueil aller au cimetiere ?
Vrai ou faux ?
Avis aux suiveurs d'Affi.

Affi est un caméléon. Ce genre de personnage politique on n'en veut pas en CI.Je voudrais dire à Sangaré de ne plus parler d'AFFI , il a été exclu du parti un point un trait. Comme il ne se sent pas capable de créer son parti s'il reconnait avoir fait du tord au FPI et à Gbagbo qui lui ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui ,et qu'il revient demander pardon, on l'accepte et la lutte continue ensemble. Répondre au coup de pied d'un âne ,c'est se mettre à son niveau. laissons Affi où il est. IL a décidé d'accompagner Ouattara et Bédié pour manger;c'est son choix respectons ça.