Côte d’Ivoire: Le début des préinscriptions des nouveaux bacheliers fixé au 21 août

Par AIP - Côte d’Ivoire. Le début des préinscriptions des nouveaux bacheliers fixé au 21 août.

La Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Prof. Bakayoko-Ly Ramata, lors d'un séminaire organisé par le programme WAVE, le lundi 14 août 2017 à Abidjan.

Abidjan - Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique porte à la connaissance des bacheliers qu’ils sont invités à effectuer, à partir du lundi (21 août) jusqu’au 22 septembre, délai de rigueur, leurs préinscriptions dans les universités publiques et privées et dans les grandes écoles privées, au titre de l'année universitaire 2017-2018.

Ces préinscriptions se feront sur la plate forme www.orientationsup.net, indique un communiqué du ministère qui mentionne la disponibilité de salles multimédia pour une assistance aux nouveaux bacheliers au centre des ressources numériques de l’université Félix Houphouët-Boigny.

« Madame le Ministre, le Professeur Bakayoko-Ly Ramata, précise que passé le délai du 22 septembre 2017, les bacheliers non inscrits ne pourront pas être orientés », prévient la note.

Près de 110 000 nouveaux bacheliers admis sur quelque 240 000 candidats sont concernés par cette opération cette année.

(AIP)

aaa/cmas

Commentaires

PATRIOTES,
Voici trois choses que je me propose de vous dire.
Il y a d'abord le fait que mossi dramane ouattara n'a pas usurpé le pouvoir des institutions ivoiriennes dans la noble intention de servir l'Éburnie et son Peuple mais pour se servir et servir ceux qui l'ont crapuleusement installé sur le Territoire national.
Il faut, en conséquence, se faire à l'idée selon laquelle mossi dramane ouattara demeurera en Côte d'Ivoire aussi longtemps qu'il continuera à réaliser les objectifs de ses mandants sur l'Éburnie.
Aussi il serait irréfléchi voir déraisonnable de prétendre récupérer électoralement le pays lors des élections de 2020, lesquelles sont déjà d'avance structurellement faussées et confisquées.
C'est pourquoi, et je le dis crânement, au lieu de nous complaire dans le bavardage, nous seront très utiles au pays en optant carrément, et sans trop attendre, pour la lutte armée de libération : seuls les crépitements d'armes réussiront à chasser la sale dominique et sa crapule de mossi ouattara de la Côte d'Ivoire. Ainsi non seulement nous arriverons à mettre un terme strident à la réalisation d'objectifs crapuleux sur ce pays et aussi à permettre à l'Ivoirien de se réaliser sociétalement à partir des richesses économiques de l'Eburnie.
Nous savons aujourd'hui à quoi servent en partie les pillages de la C.I. : ça profite au burkina-faso, pour son budget et les nouvelles villes qui vont être bâties à cause des vols des biens ivoiriens.