Afrique du Sud: des fermiers blancs dénoncent les meurtres dont ils sont victimes

Par Le Monde - En Afrique du Sud, des fermiers blancs dénoncent les meurtres dont ils sont victimes.

Des fermiers blancs ont manifesté le 30 octobre au Cap pour dénoncer une vaguede meurtres qui frapperaient leur communauté. DAVID HARRISON/AFP.

Au moins 72 personnes ont été tuées depuis janvier dans les zones rurales du pays. Les agriculteurs demandent la création d’une unité spéciale de protection.

M le magazine du Monde | Par Adrien Barbier (Johannesburg, correspondance)

image: http://img.lemde.fr/2017/11/29/0/0/1417/946/534/0/60/0/1365f8b_201712024...
Des fermiers blancs ont manifesté le 30 octobre au Cap pour dénoncer une vaguede meurtres qui frapperaient leur communauté.

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur Pretoria ne les ont pas découragés. Samedi 25 novembre, des centaines de fermiers, blancs pour la plupart, ont marché jusqu’au siège du gouvernement sud-africain pour protester contre une vague de meurtres qui viserait leur communauté dans les zones rurales. « Les fermiers sont torturés jusqu’à la mort dans leurs fermes, dans des proportions inhabituelles », affirme Ernst Roets, le responsable d’AfriForum, une ONG de défense de la minorité blanche.
D’après les propres décomptes de l’organisation, au moins 72 fermiers blancs seraient morts lors de 350 attaques, depuis janvier. Sous leurs parapluies, arborant des tee-shirts noirs et des croix blanches, les manifestants sont venus dénoncer l’inaction du gouvernement et demander la création d’une unité spéciale de protection. « Vous avez plus de risque d’être tué si vous êtes un fermier blanc que si vous êtes officier de police », s’est indigné Dirk Hermann, l’un des organisateurs.
Un maniement des statistiques qui est plus que contesté. « Les chiffres qui circulent sont biaisés. Nous n’avons pas suffisamment de données pour calculer une telle estimation », estime Kate Wilkinson, de l’organisation de vérification des faits Africa Check. A titre de comparaison, les statistiques criminelles de la police font état au total de plus de 19 000 meurtres entre 2016 et 2017. Pour les détracteurs d’AfriForum, les meurtres de fermiers blancs représentent une goutte d’eau dans l’hécatombe que constitue la criminalité en Afrique du Sud.
8,9 % de la population, 73 % des terres
Dans une moindre mesure, la marche de samedi est une redite des manifestations du « Lundi noir », lorsque, fin octobre, des milliers de fermiers blancs ont marché à travers le pays. Avec tracteurs et camionnettes, ils ont bloqué les autoroutes, arborant pour certains des pancartes « Ne tue pas la main qui te nourrit ». Une manière non subtile de rappeler que les Sud-Africains blancs, qui représentent 8,9 % de la population, possèdent 73 % des terres agricoles, alors que la question de la redistribution des terres est l’un des sujets les plus épineux de l’Afrique du Sud post-apartheid.
Justement, certains manifestants ont ressorti le drapeau et entonné l’ancien hymne, symboles du régime raciste tombé en 1994, tandis que sur les réseaux sociaux, des groupes relayaient l’affirmation d’un « génocide blanc » en cours en Afrique du Sud. Un affront abondamment critiqué, à commencer par le parti au pouvoir, l’ANC. « Cet affichage arrogant et offensant du drapeau de l’apartheid est le témoin d’une nostalgie acharnée pour le fascisme de l’apartheid et le suprémacisme blanc, qui font du projet de réconciliation nationale une farce », s’est indigné le parti dans un communiqué. Celui-ci a appelé les fermiers à apprécier l’importance de toutes les vies, pas seulement celles des Blancs.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/12/05/en-afrique-du-sud-des-fe...

Commentaires

Nous avons été observateurs du bitcoin dans ses envolées. Nous avons décidé de jouer la carte de la prudence. ok! Malheureusement le bitcoin n'arrête pas gravir de nouveaux sommets pour atteindre aujourd'hui plus de 11000$. Allons-nous continuer d'être spectateur sans oser un jour devenir un acteur de l'expansion du bitcoin?
L'on me dira qu'aujourd'hui qu'il est pratiquement impossible de se procurer du bitcoin tant le prix est élevé. Mais nous disons qu'a cœur vaillant il n'y a rien d''impossible. Alors pour permettre a tout un chacun d'avoir des bitcoins sans avoir à se dépenser, nous avons adopter le système de dons de membre à membre.Quel est ce système?
C'est le btchamp, qui est système de dons de membre à membre sans intermédiaire. Les dons sont faits en bitcoin nous permettant ainsi de récolter 120 bitcoins sachant bien qu'un bitcoin aujourd'hui vaut 6500000fcfa. Nous contournons la cherté du bitcoin par l'utilisation d'une plateforme de dons. Pour l'inscription a cette plateforme nous allons débourser la somme de 30000fcfa et surtout faire 2 nouveaux parrainages. Si nous n'agissons pas en ce moment le train du bitcoin est entrain de s’éloigner de nous peu à peu. Toutes ls cryptomonnaies que nous vantons les mérites aujourd'hui sont faits à l'image du bitcoin et pour beaucoup ne pourrons pas obtenir la crédibilité du bitcoin.
Nous invitons tout le monde à faire le nécessaire pour embarquer dans le train du bitcoin à travers notre programme de btchamp.
pour plus d'informations veuillez appeler au 0022504633942 ou écrire à reussirsurlenet2@gmail.com
https://btchamp.com/ref/675844a23f/register

Ces fermiers blancs , sont surtout des colons , des descendants de colons , qui ont volé les terres des vrais africains en les massacrant etc....La nature du colon , c'est de rentrer chez lui , quand un pays prétend s'être libéré de la colonisation!!

Ces blancs n'ont strictement RIEN a voir dans le sud de l'Afrique , et doivent rentrer chez eux , en Europe ou on ne verra jamais des fermiers noirs possédant ne serait-ce que 0,001% des terres d'un pays européens , même sans avoir pour cela massacré 2 ou 3 blancs !!!! les blancs trouveraient cela insupportable !!

Ah donc ça fait mal quand on se fait tuer????
Ils ont la mémoire très courte ces fermiers. Ils ont déjà oublié ce qu'ils ont fait aux Noirs? Ce n'est que le début du commencement. Le meilleur reste à venir

Ces blancs ont la mémoire très courte , ils ont tué les NOIRS chez eux en organisant des massacres à grande échelle dans un passé très récent aujourd'hui ils crient au scandale quel culot .ils oublient le massacre de sharpville où ils ont tiré sur les enfants NOIRS sans scrupules . S'ils veulent la paix qu'ils rentrent chez eux en Europe, aus pays bas ou en angleterre. L AFRIQUE aux Africains

En 2015 Nous avons eu notre premier contact avec le bitcoin quand il coûtait encore 250$ (162500fcfa) nous avons hésité, nous n'avons pas cru et nous sommes restés comme observateurs du bitcoin. En 2017, en ce jour du 7 décembre 2017 le bitcoin a atteint 14100$ (9650000fcfa) affolant du coup tous les compteurs. Mais le bitcoin n'a pour autant pas fini d’émerveiller tout le monde. le bitcoin dans son ADN est spécifiquement conçu pour évoluer. Il serait souhaitable que les uns et les autres fassent un clin d’œil au bitcoin au risque de se mordre les doigts dans quelques mois. Avons nous le droit d'ignorer encore le bitcoin? Chacun doit logiquement se mettre en ordre de bataille en vue d’acquérir quelques bitcoins surtout que les prévisions parlent d'un bitcoin à 100000$ (65000000fcfa) pour la fin 2018.
Dans un passé encore récent le bitcoin était considéré comme du vide et une escroquerie intellectuelle.Mais aujourd'hui force est de constaté les performances et la solidité du bitcoin et sa capacité à nous permettre de sortir de la précarité. je pourrai dire sans me tromper que le bitcoin est un don de dieu à toutes les personnes qui avaient perdu espoir dans cette vie.
pour plus d'informations appelez au 04633942 ou ecrire à reussirsurlenet2@gmail.com