Éliminatoires Russie 2018 : Les raisons de l’échec des Eléphants

Par Le Temps - Éliminatoires Russie 2018. Les raisons de l’échec des Eléphants.

Les Eléphants de Côte d'Ivoire lors du match contre le Maroc au stade Félix Houphouët Boigny d'Abidjan.

La note est salée. Implacable. Inexplicable. Les Eléphants footballeurs ne verront pas la Russie en 2018. Suite à leur défaite face aux Lions de l’Atlas (0-2). Un échec prévisible. Le choix de l’entraîneur. Pour choisir le nouveau sélectionneur des Eléphants, la Fédération ivoirienne de football (Fif) a fait un appel à candidature. Une cinquantaine de dossier est déposé sur la table de maison des verres. A l’arrivée, on choisi quelqu’un qui n’a pas fait acte de candidature. Alors que le bon sens voudrait que le choix de l’entraîneur se fasse parmi les prétendants. Il est sorti de nulle part. Et a atterri comme un extraterrestre. Il est sorti d’un chapeau que seuls les responsables du sport roi ivoirien peuvent expliquer. Quel est cet élève qui n’est pas candidat mais qui est admis au baccalauréat, au Bepc et autres concours ?

Jeu approximatif des Eléphants

L’équipe avait un jeu approximatif. Aucune véritable lecture de jeu. Depuis l’arrivée de Marc Wilmots sur le banc des Eléphants, la Côte d’Ivoire est dans le dur. Aucun fond de jeu. Les Eléphants jouent à l’emporte-pièce. L’équipe est méconnaissable. Incapable de mettre du rythme dans le match. Plombé par les choix fantaisistes du coach. Avec un jeu si pâle, la Côte d’Ivoire ne méritait pas mieux.

Les querelles inutiles

La gouvernance de Sidy Diallo est émaillée de querelles inutiles. Une gestion humaine chaotique de l’homme. Sa prouesse est étonnante. A savoir réussir à mettre à dos des personnalités du football ivoirien. Jacques Anouma, Me Roger Ouégnin et plusieurs anciens footballeurs, notamment Alain Gouamené, Abdoulaye Traoré et autres. Il n’a jamais accepté de s’asseoir autour d’une table avec de tels acteurs du football ivoirien pour penser le développement du sport roi. Il a eu également maille à partir avec certains de ses collaborateurs. Il n’écoute personne. On ne peut pas lui faire des remarques. Il est le seul à décider de tout, sans tenir compte d’aucun avis. Ses collaborateurs n’ont aucune importance à ses yeux. Il ne leur montre que mépris. On a assisté à des démissions en cascade.

Le vestiaire plombé

Dans les vestiaires, ce n’était pas à l’unisson. Des clans se forment. Aucune solidarité. En clair la solidarité était au bout des lèvres. Et l’affaire de capitanat est venue tout plombé. Le vin est tiré. Il faut le boire. Il faut repenser le sport roi ivoirien. C’est Eugène Kadet, journaliste et patron de presse qui a trouvé les mots- remèdes : «C’est clair qu’il va falloir rebâtir une nouvelle équipe. Mais mieux: rebâtir la gouvernance de notre football, depuis les instances fédérales jusqu’aux joueurs eux mêmes, en passant par l’encadrement technique, la détection, l’organisation du championnat, tout est à repenser. Tout. Si cette élimination pouvait au moins servir à cela, ce serait tant mieux».

Par Yacouba Gbané

Commentaires

Il est à l'image des dirigeants actuels du pays : imbus d'eux-mêmes, fanfarons, suffisants, incultes par dessus tout ! Vivement que tout cela ne devienne que mauvais souvenirs.